31/12/2011

Tiercé bonnes actions

Comment mettre à jour son compte de bonnes actions à quelques heures du changement d'année? La réponse en trois points.

Un, expliquer à un passager pakistanais - en allemand - qu'il est sur liste d'attente pour le vol Air France Paris-Berlin, tout ça parce que le personnel au sol ne parle pas un chouilla d'allemand... Ce qui est un peu dommage sur un vol à destination de la capitale teutonique, mais bon.

Deux, assister à une engueulade de couple en français dans le S-Bahn à Berlin en rentrant chez moi, voir que le couple chargé en feu d'artifice oubliait un sac en quittant le wagon, le leur donner in extremis quand les portes se ferment et leur éviter ainsi plus d’animosité respective du genre "t'es vraiment trop con" ou " t'es vraiment trop conne". On espère que leur nouvel an s'est pas trop mal passé, mais c'était pas gagné.

Et trois, servir de traducteur entre un touriste et un vendeur de döner et ainsi favorisé les échanges culinaires et la paix dans le monde.

30/12/2011

Dernier vendredi en 2011 à Paris

Ça sent le boudin ou la fin des vacances, au choix. Cette fin d'année aura couronné les lignes de bus 38 et 47 lignes de l'année tant je les ai prises: du bas de rue Mouffetard pour déjeuner avec les amis Ben et Vincent, puis retrouver la crème des colors scientist de France (bon là juste une Marie car les autres avaient des excuses fallacieuses du genre "je suis bloqué dans une vallée obligé à faire des glissades) et enfin les faubourgs malfamés autour de la Mutualité.

Je chope le dernier 47, retour à Tolbiac, valise à faire, je rentre demain.

29/12/2011

Dernier jeudi en 2011 à Paris

Well, Paris est définitivement plus une capitale internationale que Berlin, désolé Berlin (et je dis ça en écrivant après un nouvel an berlinois des plus international, donc je suis à moitié de mauvaise foi).

Dans la série des déjeuners d'affaire ce sera la version fratrie ce midi, rendez-vous chez Disnhy ou un truc comme ça, ambiance indienne rue Saint-Denis. Le frère et la soeur ont leurs habitudes et commandent les yeux fermés - oui ils se la racontent un peu - et moi les yeux ouverts. On s'est bien pété le bide, mais tout en restant classe.

On laisse Camille retourner à ses habitats insalubres et nous optons pour une traversée de Paris en 38 de gare du Nord, décente à Châtelet je crois et traversée de la Seine, deux fois, passage devant Notre-Dame et ses touristes venus en nombre.

L'internationaleuuuuuuuuh continue, après les déjeuners d'affaires, les diners d'affaire avec la paire franco-italienne B&S, chez la paire B&S à Belleville (je check le quartier sur ma liste, il ne m'en manque plus que deux ou trois pour cette semaine). Comme toujours plus que sympathique soirée avec entre autres choses délicieuses de la mozzarella de psychopathe dans l'assiette.

28/12/2011

Dernier mercredi à Paris en 2011

On change de quartier encore une fois. Le quartier Latin ce sera pour un autre jour. Aujourd'hui c'est ligne 7, ligne 10 et ligne 4 et atterrissage Marcadet-Poissoniers pour un déjeuner d'affaire avec la sœur et la mère.

Temps pourri oblige, nous remettons notre visite du quartier africain à un autre jour. On a quand même eu le temps de passer dans le désordre par des rues aux noms imagés: rue Marcadet, rue Simart, rue Labat, rue du Poulet, rue des Poissonniers, rue Doudeauville et finalement bd Barbès.

Le soir je vais encore plus au nord-est et atterri à Pantin chez les cousins version 2.1, c'est à dire deux photographes de talent plus un petit Lucien qui représente bien :-)

27/12/2011

Dernier mardi de 2011 à Paris

Programme des plus culturels aujourd'hui. On zappe le déjeuner et nous sautons dans le métro, départ Tolbiac, arrivée Palais Royal Musée du Louvre. De là très bonne exposition au musée des arts Décoratifs et la rétrospective Goude.


Maintenant un peu de name dropping de rue parisienne à la recherche d'un café que nous ne trouverons pas. Départ du Louvre, traversée du jardin du Palais Royale, passage galerie Vivienne en arrivant de la rue de Beaujolais (ce qui explique peut-être la présence de bars à vin), sortie rue des Petits Pères derrière la place des Victoires, bonjour à la banque de France et rue Croix des Petits Champs, chicane par la rue du Pélican, brièvement et successivement rue Saint-Honoré, rue de Marengo, rue de Rivoli et finalement attente du bus 67 rue de L'amiral de Coligny devant le Louvre. Retour dans le treize.


Le soir je reste rive gauche vers le bas de la rue Mouffetard pour retrouver un Fred, une Amélie, une Laure, une Cécile et un chat dont j'ai oublié le nom pour la choucroute de l'amitié. J'ai plus de bide, mais c'était bien bon.

26/12/2011

Dernier lundi de 2011 à Paris

On reprend doucement, on digère le premier réveillon et on part en vadrouille dans la ville.

La mission du jour, apporter ma veste pour faire réparer le zipper - oui il se passe des choses dans ma vie - vers St-Sulpice.

C'est parti, nous - ma petite maman et moi - sautons dans le 83, descente au jardin du Luxembourg, passons devant St-Sulpice, donnons la veste à l'atelier secret puis continuons notre petit tour. De là déambulation entre la rue Furstemberg, la rue Visconti, la rue des Beaux arts, la rue Guénègaud et finalement une pause café rue Dauphine.

Nos chemins se sépare, je change de quartier et de foule, traversée de la Seine et direction les Halles, ses banlieusards, ses touristes, ses escalators et surtout son UGC Orient Express au 4ème sous-sol. J'y retrouve un Ryan au nom de famille ridicule qui roule vite dans son film. Le cinéma étant situé entre deux rails de métro la bande son est accompagnée de bruit régulier qui ne fond pas taches du tout avec l'ambiance de Drive, la chance.

Puis je retraverse la Seine, direction rue de Dante pour une pause dinatoire mexicaine. J'y retrouve une sœur et deux acolytes de quiz musical.

La journée touche à sa fin, on arrive en demi-finale mais pas plus loin, donc pas de champomy... Le clou de la soirée c'était le jeune pop au bar qui s'est pris cinq vents de suite avec les touristes anglo-saxonnes présentes.

25/12/2011

Noel est fini

C'est tombé un weekend cette année au cas où vous ne l'auriez remarqué. Après un condensé de rendez-vous familiale on arrive rapidement au dimanche soir, on remballe tout et retour vers la capitale pour cette fois un nouveau record, pas de lenteur mais de vitesse (dans les limites imposées bien sûr).

23/12/2011

Noel le retour

Arrivée la veille pas trop tard à Paris je quitte déjà la capitale pour Parly. Et ce histoire de retrouver les autres membres de la famille et surtout la cheminée.

Cette année le climat est clément, les embouteillages moins, mais nous sommes en de bonne compagnie dans la twingo surchargés remplie. Une fois le record de lenteur battu sur l'autoroute nous la quittons, là pas de neige, juste des tunnels d'arbres sans feuille prêt à manger les voitures égarées... On n'était pas perdu.

09/12/2011

Parents le retour

On a beau leur dire, il pleut, la neige n'est pas là et sans la neige les marchés de Noel n'ont que peu d'intérêt, ils reviennent. Programme extrêmement chargé pour ces trois jours, à savoir un savant mélange de prévues et d'imprévues.

9:33 ça commence aujourd'hui dit le titre du film, ça commence tôt le matin surtout. Petit déjeuner à la maison puis direction la ville et son île aux musées. Petit bonjour à Nefertiti, saut dans le U-Bahn et pause déjeuner au Wau à Hebel am Ufer histoire de quitter la masse de touriste. L'après-midi avançant nous nous dirigeons vers Gendarmenmarkt et son marché de Noel payant. Nous boycotterons les 1€ demandés.

16:33 retour à Friedrischain, un café et ça repart, le clou du programme c'est concert au Phileharmoniker. Trois places derrière l'orchestre avec de face le chef d'orchestre et trois quatre loosers sous nos yeux. Les loosers en questions sont le type au triangle, le type au gros trombone pour faire proute une fois, le type aux cymbales et un autre dont j'ai oublié l'activité. Bref du Richard Strauss (pour Don Quixote) et du Edward Elgar (pour Symphony No. 1 en A flat major), et c'est peu de le dire mais c'était pas mal.

23:33 aprés un slalom entre les bourrés du vendredi soir nous rentrons à la maison. Moi je re-sortirais pour taper la discute avec un Samuel.

01:33 Et habilement je roule sur un bris de bouteille de bière (cf. les hordes de bourrés) en rentrant de Kreuzberg, c'est peu de le dire mais ça vibrait un peu sur mon vélo sans air dans une roue. Sommeil.

27/11/2011

Insomnia, épisode 2034 bis

Ça a commencé vendredi soir de façon classique, à savoir une soirée dans un bar à Kreuzberg pour un anniversaire. Et ça a continué ce samedi. Mais cette fois c'était plus organisé, avec comme base un petit shot de culture pour nos oreilles à Samuel et moi-même.

8:02pm Rote Salon pour le Norwind festival, la salle est en configuration concert, pas de tango au programme.

Le spectacle commence sans prévenir, de la fumée a lentement envahi la scène et une forme humaine apparait et nous fixe. On ne voit que le buste dans une grande veste d'explorateur polaire et à la place du visage un masque de clown blanc doré. Les gens se taisent peu à peu. La personne enlève sa veste pour révéler une combinaison bouffante toute dorée. Il s'en suit de lent mouvement entre danse et mime, rien n'est précipité. Puis le corps se baisse, s'allonge et rentre dans une sorte de couverture de survie (dorée donc) et brusquement s'envole presque pour donner l'impression de voir une poupée géante qui touche presque le plafond. On se sent tout petit, le temps s'arrête et on ne sait plus vraiment où on est. Ça continue encore un peu sans que l'on sache vraiment combien de temps se sont écoulés.

Puis les masques tombent. Ils sont deux. Un à la guitare, sorte de viking en costume noir s'est mis en retrait. Une autre en robe verte, cheveux long qui commence à nous narrer l'histoire d'un cowboy islandais. Il s'en suivra un récit en chanson entrecouper de séquence sonore plutôt hardcore avec head-banging en règle (en clair du gros son qui tache). Plutôt bien :-)


10:02pm Le burritos tant espéré ne sera qu'un rêve, ces feignasses en cuisine ferment à 22h... On se rabat chez l'espagnol un peu plus loin, deux bières, serano, crevettes chorizo et nous repartons à vélo vers des contrées plus reculées (comprendre un autre quartier de la ville).

On repart mais pas trop vite non plus, le bar dans le viseur n'ouvre qu'à 23h. Traversée de Berlin de Mitte à Rixdorf et arrivée au sous une légère pluie au sameheads. Bar que l'on peut qualifier de repère ou nid à hipster.

25/11/2011

Côte du Rhône

Hier soir dernier petit tour au restaurant Altes Europa pour quelques verres de vin avec un Samuel et un Jean-Michel. Soirée sympathique, bon côte du Rhône, bonnes pâtes et restaurant non fumeur. Toujours intéressant de rencontrer quelqu'un que l'on connait par ses écrits (voir là Chronique berliniquaise) et ses amis.

On a commencé au bar attendant qu'une table se libère. Une fois assis j'ai mis quelques minutes à comprendre le sens de la peinture que j'avais en direct vis-à-vis et qui m'a laissé rêveur quelques instants.

Et le weekend débute, insomnie sort de ce corps.

23/11/2011

Meet the jolie Schauspielerin

Une photo, un clic, quelques e-mails et une rencontre dans un terrain neutre, à savoir un café dans Moabit que nous appellerons la cantine des livres. Pour information, il n'y a pas de cafés à Moabit, c'est juste mort, cherchez sur internet et vous verrez ce quartier n'existe presque pas.

En bref, une Anne-Laure, metteuse en espace, réalisatrice (Mutter on vimeo), comédienne, polyvalente donc et surtout extrêmement intelligente pour m'avoir accordé une pause café et c'est pas donné à tout le monde. Le monde étant un hameau nous réalisons rapidement que nous sommes allés aux mêmes performances de danse cette année et que nos cercles de connaissances se croisent. A suivre.

Je commence à me dire qu'étudier la couleur n'était pas une si mauvaise idée.

13/11/2011

Random promenade

Petit tour dans le quartier pour choper les derniers rayons de soleil et au passage dire bonjour aux géants.

12/11/2011

Back to basic

Retour sur les fondamentaux d'une soirée à Berlin.
Go back to the fundamentals for an evening in Berlin.

D'abord retrouver une connaissance quelque-part, ce sera la station U-Rosenthalerplatz ce soir.
First meet a friend somewhere, somewhere is U-Rosenthalerplatz tonight.

Ensuite chercher un endroit où manger quelque-chose. Il fait super froid aujourd'hui - et cela ne s'est pas réchauffé ce soir - donc pas de salade pour le dîner mais plutôt un truc chaud. Tentative avortée au Ballhaus Clarchens pour cause de soirée poker. On se rabat sur un restaurant japonais et ses ramen bien venus. En allemand ramen veut dire cadre, le ramen japonais lui se mange et tient chaud en ce début d'hivers aux températures kelvinesque.
Secondly find a place to eat something. It's freaking cold today - and it doesn't change tonight - so the food better be warm. We failed in Clärchens Ballhaus because of a poker night in that place. So we choose a ramen which is not frame in Japanese but a soup. Main advantage of the japanese ramen is to be warm, and I recall it's supa cold today "voir kelvinesque".

Enfin pénétrer le B-flat pour la première fois pour un concert de jazz. Endroit sympathique, confortable où les musiciens jouent bien (critique constructive et argumentée t'a vu). Rien de spectaculaire niveau son, très classique mais très propre aussi. Les sets s’enchainent, les jazzeux posant leur solo l'un après l'autre, pas de surprise, pas de couac, du classique bien rodé.
Thirdly enter the B-flat, first time, for a jazz concert. Nice place, good musicians, very jazzy, nothing spectacular, a clean sheet: each musician gave his best solo, no couac.


Et finalement comme chaque soir cette semaine je commence à faiblir vers les 23h à cause du décalage horaire du dernier voyage. Heureusement la température sibérienne qui m'attend dehors me réveillera en rentrant à vélo.
Fourthly like each day this week I become extremely tired after 11pm, probably the jet-lag. Hopefully the Siberian temperature helps to stay awake on the bike.

05/11/2011

Un touriste à Séoul

10:00am dernière journée, pas de réunions de travail mais rendez-vous tout de même avec les collègues. Le programme de marche dans la montagne a été changé par une marche en ville pour cause de pluie prévue. Ça ne nous empêchera pas de suer et de monter des marches, nombreuses. Mais il ne pleut pas, il fait bon, on ne va pas se plaindre.


01:10pm l'escalade finie nous prenons le métro pour je ne sais pas où. Rapidement nous entrons dans un restaurant, tout le monde assis par terre, des plats qui arrivent toutes les 5-10 minutes, miam :-)


Puis inévitable promenade digestive en rentrant vers l'hôtel. Une rue très touristique, un parc avec des vieux dedans, une expo d'art moderne en plein air le long d'un petit ruisseau et je rentre.


4:00pm fin d'après midi j'essaye de trouver des trucs à acheter, je reste bredouille :S Mon hôtel est dans le centre (tout est très concentré), des magasins partout, des touristes japonais et chinois partout, du bruit partout, de la lumière partout, la foule partout. Un peu sur ma fin à ce moment de ce j'ai vu de la ville. Heureusement je rencontre pour diner un ami coréen - Kihyun - d'une amie japonaise - Midori - suivez-vous?

7:00pm la suite c'est encore une découverte culinaire, ou comment manger une soupe avec un petit poulet entier dans le bol, poulet farci de riz et bouillon arrosé d'un petit verre de snaps local et une bière coréenne. Le tout avec des baguettes bien sûr, un peu chaud pour la soupe. Challenge accepted.

La suite (2) c'est un changement de quartier, le chemin en bus, les embouteillages de malade mental jusqu'au bout de la nuit et l'atterrissage dans un endroit plus paisible. Plus de tours, juste des petits immeubles et une pause café dans un café-théâtre qui me rappelle un brunch à SF il y a quelques années. Tout de suite l'atmosphère change, café d'artiste d'inspiration coréano-japonaise, les gens ont la classe artistique sobre. Le décor: fenêtres toutes ouvertes - il fait relativement chaud, réchauffement climatique oblige - et un grand bar en u en vieux bois, quelques tables et fauteuils sobre et confortable. J'ai bien fait d'avoir un guide ce soir.

11:00pm la suite (3) c'est un tour dans les environs, les rues pour faire la fête en faisant du bruit (comprendre les clubs) et une dernière dégustation de vin de riz. Dégustation toujours accompagnée de quelques denrées exotiques (pour moi).

Retour en taxi la nuit, plus de trafic, en 12min je suis à mon hôtel, il est temps de faire sa valise. Une bonne soirée et il faudra revenir.

04/11/2011

Korean working day

Partis tôt le matin en mini-bus. Une heure environ vers le nord de Séoul et une fin de trajet à longer la frontière nord coréenne, ambiance. Puis de la visite d'usine, des présentation, parler de couleur, des échanges de carte de visite (tout un art ici, je songe à commencer une collection). Au bout de quinze carte je sais plus qui est qui… Mais une bonne expérience.

Puis le chemin du retour vers Séoul, les inévitable embouteillages, un arrêt dans un hôtel haut perché avec vue sur la ville de nuit, cocktail mondain avec mon institut et l'ambassade allemande qui régale. La routine. Je ne sais pas vraiment où je suis dans la ville, je ne sais même pas du tout.


Sinon je me suis bien gavé de sushis ce soir :-)

02/11/2011

Le futur aujourd'hui

Le voyage aurait pû être long avec l'écran personnel dans l'avion qui ne re-boot pas... Heureusement l'avion n’était pas plein et nous pourrons regarder des daubes sur petit écran sereinement pendant une dizaine d'heures.

Voyage sans encombres, pas de turbulences ou très peu et une arrivée en douceur à Incheon. La suite c'est une petite heure de bus jusqu'au centre ville de Seoul.


On est bien en Asie. C'est plutôt propre mais très gris, des gros buildings au loin, des constructions, des grues, pas très nature mais pas très industriel non plus, très urbain et compact. Plus on s'enfonce plus il y a de monde et ça me rappelle un peu (et ce n'est pas étonnant) Fukuoka au Japon quelques années plus tôt. Bien sûr les rues sont très chargées et la ville devient presque plus colorée la nuit, ça grouille.

Autour de l’hôtel beaucoup de petites rues avec des magasins au niveau de la rue et des escaliers pour accéder à des restaurant aux premiers étages. D'ailleurs la première sortie à consister à trouver un boui-boui, nous avons trouvé. Au menu bol de nouilles glacées (servies sur de la glace pilée) avec quelques légumes et un demi œuf dur sur le dessus, sur le côté quelques bouts de viandes grillées pour équilibrer la température. Et plus important les ciseaux fournis pour couper les nouilles super fines et extrêmement élastiques.

01/11/2011

Up in the air

Le cinquième étage c'est quasiment le toi de Berlin. Aujourd'hui ambiance aéroport, check-in et check-out toute la journée, des visiteurs de qualité qui repartent les valises pleines de chaussures vers Paris, un locataire principal - moi même - qui s'envole pour Seoul via Frankfurt et une nouvelle co-colocatrice un qui fait une belle entrée.

30/10/2011

Musée 0 - Visiteurs 1

Succès moyen niveau visite pou mes visiteurs ce weekend. Mais on s'est rattrapé sur les pause gastronomiques et je vais finir par croire que Berlin est un endroit de relâchement nourricier assumé, pizza, burger... Mais aussi les inévitables et indispensables spätzles, donc la morale est sauve, ouf.

05/10/2011

St-Denis (dos la Reuniones), 19ème jour (Into the Wild part III)

7:23 Réveil et café, biscotte (car les boulangers du village étaient en grève), brossage de dent, crème solaire tout ça et je repars vers le col des Bœufs où est garée ma voiture.

10:50 J'arrive au col, juste 350m de dénivelé en montée, j'ai fait ça à cloche pieds en marche arrière histoire de... Sur le chemin je croise des randonneurs partie la journée (petits joueurs) qui sentent encore bon le linge frais. Oui car moi je suis déjà tout trempé, légionnairrrrrrrrre, heureusement il me reste un t-shirt sec pour la voiture.

Mes clefs toujours en poche je repars tranquillement en voiture vers la côte. Il fait de plus en plus chaud.

13:07 Ca finit mieux que dans Into The Wild, en effet je retrouve Pedro en terrasse pour un poulet coco.

04/10/2011

St-Denis (dos la Reuniones), 18ème jour (Into the Wild part II)

6:59 réveil et petit déjeuner dans la foulée. Il fait beau avec quelques nuages. Café, brossage de dent, pansements sur les ampoules, je pars, il est 7:45.

9:02 Ça descend bien raide dans une ravine qui s'effrite, pas très beau tout ça mais j'arrive assez facilement aux Trois Roches en longeant sur la fin le lit d'une rivière heureusement très sèche. Là je me fais rattraper par un Léo, régional de l'étape et ancien bmx-eur pro en métropole. De passage à Silaos il en a profité pour rentrer chez lui à pieds vers St-Paul en quelques jours.

Une mini pause plus tard, le temps de se faire rattraper par d'autres marcheurs et je continue avec mon nouveau guide et choisis de fait la grande boucle pour rallier La Nouvelle.

12:26 Nos chemins se séparent à Roche Plate - qui n'est pas très plat comme son nom ne l'indique pas - après la pause pique-nique. Énorme vue du village sur le cirque, des crevasses toutes vertes et parfois quelques zig-zags sur des flancs de montagne indiquant la présence d'un chemin.


13:03 Encore plein d’énergie, un appareil photo dans chaque main je continue ma route, jette un coup d’œil à ma carte.. Ça descend encore (environ 650m) et ça remonte de suite (d'environ 750m) et c'est tellement pentu que je ne vois pas le chemin en regardant vers le bas, ambiance...

Au fur et à mesure je réalise que je vais devoir tout remonter de l'autre côté. Sur le chemin qui descend, uniquement un petit tronçon de 5-6m avec cordes pour se tenir côté montagne, ça passe et j'en profite pour ranger tous mes appareils et pour avoir les mains libres histoire de pouvoir m'accrocher à un cactus venimeux en cas de glissade involontaire (ce qui n'arrivera pas). Par contre je vois bien que l'autre côté on est plus proche des 200-300m de chemin avec corde pour se tenir, grosse ambiance...

14:04 Au fond du gouffre géographiquement, pas trop d'eau heureusement, mais les nuages qui arrivent et quelques gouttes se font sentir. Point positif: peu de loups et ours sur l'ile de la Réunion. On va pas tarder alors, ça débute avec 10m d'échelle et du sentier où il ne faut mieux pas croiser un groupe en sens contraire. Je monte, ne pense pas trop au trou, souffle un peu, belle vue quand même. Et la question récurrente du marcheur qui passe par la tête régulièrement: pourquoi, mais pourquoi j'ai choisi la grande boucle???

15:51 J'arrive en haut, j'ai évité le frisson du vertige qui deux/trois fois m'a fait un peu tourner la tête, heureusement la vue des araignées géantes m'empêche de divaguer trop longtemps (araignées aussi grosses qu'inoffensives parait-il mais je ne suis pas allé leur demander). Une fois sur le "plateau" je suis directement à La Nouvelle, il pleut, je suis trempé et j’ai dû perdre 3L ou 4L ou plus de sueur.

Malheureusement pas un salon de massage thaïlandais dans le village, mais où va-t-on, à quoi ça sert la mondialisation??? Bref, comatage en règle sur mon lit après une bonne douche chaude, repas avec trop à manger encore et dormir. Il est 21:01. Une belle journée tout de même :-)

03/10/2011

St-Denis (dos la Reuniones), 17ème jour (Into the Wild part I)

Motivé là! On est lundi, en vacances, mais réveil à 6:30. En effet, pour finir en beauté des vacances qui se passent plutôt pas mal je pars aujourd'hui pour une petite randonnée dans Mafat.

Sac rempli d'affaires encore propre, un peu de pain, quelques tranches de saucissons, crème solaire et sans oublier des barres de céréales je saute dans ma C1 de location. Direction le sud de l'île, traverser St-Denis puis bifurquer à St-André vers le fond de la vallée jusqu'au col des Bœufs. A peine 9:00 je m'élance direction le village de Marla.

Ça descend doucement, il fait beau, bonne visibilité et première traversée de forêt type "forêt enchantée" (arbres penchés, mousse un peu partout, les arbres bougeraient et parleraient que cela serai normal). Puis pause saucisson/fromage sur le bord d'un petit ruisseau encore non découvert par l'homme, si si. Je repars.

il est midi j'arrive déjà à mon gite... Comme je n'ai pas encore sommeil je décide prolonger un peu la marche jusqu'au col qui surplombe le village. 700m de dénivelé plus tard j'arrive au col du Taibite. Apparemment j'ai bien fait de ne pas arriver par l'autre versant, à savoir Cilaos qui demande ne demande que 1000m de dénivelé... Bref petite pause, vue sur les deux cirques histoire de rentabiliser mon petit tour et je redescend sur Marla.

Au gite de Yolande Hoareau je fais connaissance avec une Séverinne, légèrement plus motivée que moi. Elle arrivait du nord de l'ile et se faisait tranquillou tout le gr2.

Une petite sieste en plein air plus tard et il est l'heure de dîner. Ambiance sympathique autour d'une grande table. J'y apprendrai quelques expressions de marcheurs comme "y aller à la frontale" dixit la marcheuse un peu plus haut: "demain je vais faire un peu de bruit vers 3h30, je pars pour le Piton des neiges à la frontale". Encore un accessoire à acquérir pour la prochaine marche.

il est déjà 20:22, extinction des feux, dormir...

01/10/2011

St-Denis (dos la Reuniones), 15ème jour (ou gorille dans la brume)

Comme tous les samedis depuis samedi dernier, réveil à 5h30 du matin et randonnée. Rapidement nous (un Grégroire et moi même) sommes abandonnés par Pedro, et ce pas plus loin que sur la pas de sa porte, il pleut pleuviote et cet homme est en sucre.

6h12 Nous arrivons à la boulangerie, brioches en poche nous reprenons la voiture direction Bellepierre et le Brûlé.

7h00 Prêt à partir, cinq voitures sur le parking, la pluie est partie. On est presque frais, on est beau, motivé, chaussures de rando sèches aux pieds, c'est parti.

10h30 Enfin arrivée sur la Roche Écrite, 2227m tout de même. On a rapidement compris que la rando ne faisait pas 10km aller et retour, mais le double. Comme on a bien marché on a doublé (c'est bon pour le moral) plusieurs marcheurs en chemin :-) par contre les nombreux athlètes qui s'entrainent pour la traversée de la Réunion c'était plus dure à suivre (on ne courrait pas assez vite).

Parti au dessus des nuages dans la forêt nous sommes arrivés sous la pluie et dans les nuages. C'est en passant le gite et arrivant sur la bien nommée Plaine des Chicots que le temps s'est bien dégradé. Au somment pas de vue sur les cirques, dommage... Nous ne restons pas longtemps et redescendons.

13h30 De retour au parking, ambiance légionnaire sur le chemin de crête dans la jungle, palmiers géants, fougères géantes, brumes géantes et pas de gorilles, et surtout de la boue couleur rouge orangée un peu comme s'il avait plu un gros gros gros orage sur Roland Garros.

Bien explosé mais content nous repartons vers la Montagne non sans passer par le Barachois et récupérer quelques barquettes, il faut bien se nourrir. La suite du programme c'est la douche.

30/09/2011

St-Denis (dos la Reuniones) , 14ème jour

Aujourd'hui combo, deux missions accomplies sur la "to-do" liste, à savoir manger un américain gratiné aux bouchons, les bouchons sont restés un peu longtemps sur mon estomac, cela va sans dire... et nager dans bassin sous la douche d'une cascade, eau fraiche mais claire.

28/09/2011

St-Denis (dos la Reuiones), 13ème jour

La photo ci-dessous c'est pour finir la journée tranquillement. Pas que nous ayons été très actifs, mais tout de même, visite industrielle de la distillerie Savana à Bois Rouge après le déjeuner.


Visite qui a un peu ressemblé à un tour dans Gotham city. On arrive à la distillerie en traversant des champs de cannes à sucre et brusquement nous sommes dans l'enceinte de l'usine qui ressemble beaucoup - de loin - à celle équivalente de Beauce pour extraire le sucre des betteraves (ça c'était pour glisser une spéciale dédicace à la Beauce t'as vu).

Une heure à monter des escaliers en métal, contourner des grosses cuves, regarder des gros camions et prendre des photos. Mais pas de batman malgré les signes aux murs évidents témoignant de sa présence.

27/09/2011

St-Denis (dos la Reuniones), 12ème jour

Début de journée à la Suisse, calme donc. Mais rapidement les évènements vont se succéder!

10:07 Je me lève, mes hôtes sont déjà au taquet, des gaufres sont annoncées pour le petit déjeuner. Première conséquence est de repousser un peu notre descente de La Montagne vers Sin Dni.

13:47 Gaufres digérées, il fait faim (un peu le leitmotiv de ces vacances), direction le Barachois pour poisson gingembre, très bon très bon. Tous les trois à manger face au vent, la nature déchainée tout ça je repère près du rivage un souffle d'air sur la mer: pas une baleine, mais deux. C'est bon pour les stats, quasiment une tous les deux jours et de plus en plus près, mais pas de saut cette fois-ci.

15h45 Une petite glace en centre ville et nos chemins se séparent, notaires pour les uns et office du tourisme pour moi. Là je réserve mes deux nuits en gite pour mon expédition dans Mafat de la semaine prochaine (du lundi matin au mercredi soir).

Puis nous remontons tous satisfaits du devoir accompli (il nous faut peu de chose...).

19h19 et 19 degrés dehors, si c'est pas un signe! Ça on ne peut l'observer qu'en voiture, cette fois ci lors notre seconde descente de la journée où les groupes vont encore se former. En effet je laisse les Candice, Pedro et autre Grégoire à St-Denis et je file vers la Possesion.

Là bas je retrouve des saint-martinais, une Émilie et un Laurent dans une jolie maison tout en long pour une soirée très agréable. Apparemment je suis allé aux bons restaurants jusqu’à maintenant.

Cette petite escapade possessionesque m'a rappelé un peu la Norvège, surtout pour l'accès à la maison. Il a fallu quitté la route pour prendre une en béton/terre extrêmement pentue et espérer que les freins tiennent et qu'il ne gèle pas... Tout s'est bien passé :-)

24/09/2011

St-Denis (dos la Reuniones), 9ème jour

5h30 Réveil avant l'aube, il fait froid dehors, mais j'ai mon bonnet. Nous sautons dans la voiture pour les 25km qui nous sépare du départ de la rando volcan.

7h22 Voiture garée, sac à dos portés, chaussures lassées, on est parti. Et grand beau temps.

9h12 J'arrive au bord du cratère, point de lave en fusion, c'est pas plus mal...



11h02 On est de retour, il fait faim. Descente sur la côte et direction St-Leu pour le restaurant le Zat.

13h48 A table en bord de mer, salade gargantuesque devant moi, la mer pas loin (quelques mètres). Et des grosses ampoules sur les pieds et les coups de soleil du marcheur qui a oublié de mettre de la crème, classe.

15h17 Un coka frais à regarder les surfers sur la vague de St-Leu puis nous retournons vers St-Denis. Une belle journée qui n'est pas finie.

19h55 Diner au restaurant le Gadianb avant se finir au cinéma. A long and nice day :-)

23/09/2011

St-Denis (dos la Reuniones), 8ème jour

Aujourd'hui on arrête les conneries, pas de baignade avec les poissons multicolores dans le lagon, pas de punch coco pour commencer le repas, pas de lever tardif ou de starcraft 2 de jogging, toujours pas en fait, mais direction le volcan!

21/09/2011

St-Denis (dos la Reuniones), 6ème jour

Petit tour à St-Gilles, ambiance port de plaisance avec palmier mais pas tape à l’œil. Un ice-tea pour observer les joueurs de tennis/beach, genre de sport entre le badminton et le beach-volley et nous retournons dans le lagon, avec caméra amphibie cette fois ci.

20/09/2011

St-Denis (dos la Reuniones), 5ème jour

Aujourd'hui c'est lagon day direction l'Hermitage. La plage de Boucan Canot et ses baleines sautant de l'eau c'était pas mal, mais l'attaque mortelle de requin sur un body border à 100m de notre dernier lieu de baignade nous a un peu refroidi (c'est arrivé hier)...

Donc après la pause déjeuner chez l'Atelier de Ben - pause gastronomique - nous nous sommes allés vers la côte ouest plus clémente niveau temps et surtout niveau requin, du moins dans le lagon. Là masque, tuba et autre chaussons pour se protéger des petites pierres et scuba diving.

A mon niveau c'est relativement risible tellement le fond est bas. Mais j'ai vu plein de poisson multicolores et nagé avec une tortue, pas mal pour une première. Au loin on a pu voir la nageoire titanesque d'une autre baleine, bonne journée donc, manque plus que le bonnet rouge.

18/09/2011

St-Denis (dos la Reuniones), 3ème jour

On m'avait promis des baleines qui sautent hors de l'eau... Après déjà 48h sur place toujours rien, je crie à l'arnaque. Mais au détour d'une sortie plage à Boucan Cannot j'ai pas été déçu. Pour être exact toute la plage n'a pas été déçue.

Ambiance rencontre du troisième type, tout le monde se lève, les ballons de beach-volley retombent au sol, le temps s'arrête et tous les yeux sont rivés vers le large, juste derrière la barrière de vagues. Au loin  deux petites fontaines qui expulsent de l'air et parfois des nageoires ENORMES visibles. Puis des sauts messieurs dames, et un et deux et plus et on ne s'en lasse pas de voir cette baleine jouer au dauphin (et son petit baleinot à côté qui prend des notes pour le futur).

Bien sûr tout ça sous le soleil devenant doucement moins intense et pas un nuage dans le ciel.

17/09/2011

St-Denis (dos la Reuniones), 2ème jour

Longue et bonne nuit, plus de 7 heures d'affilée, un record ces dernières semaines. Malgré le concert des crapauds hier soir le sommeil est venu très rapidement.

Je suis mes hôtes aujourd'hui, réception dans la case ce soir, donc shopping pour préparer le diner et nous arpentons en long et en large le centre ville. Et déjà une note pour plus tard: ne prendre qu'une boule de glace, pas deux, sie sind zu groß die Kugeln.

Puis agréable dîner où nous nous sommes raisonnablement explosé le bide. Enfin c'était limite, si j'avais pu rentre en taxi je l'aurai fait.

16/09/2011

St-Denis (dos la Reuniones), 1er jour

Arrivée en provenance de Berlin, via CDG, via navette air France, via Orly. Grosse angoisse de ratage d'avion pour cause d'embouteillage... mais non.

Très bien réceptionné à Roland Garros (l'aéroport de et pas le stade de) à l'arrivée. On longe la mer et on me promet des baleines en bord de mer, encore rien vue...

Malgré les 10h40 de vol je ne suis pas trop dans le pâté, probablement dû au faible décalage horaire et le paysage urbain très français.

Mais bientôt le vert, les palmiers, le soleil, le rhum vont faire leurs effets.


15/09/2011

About to go

Pas mieux que le titre, sur la route, dans les airs et bientôt sur une ile :-)

09/09/2011

Liquidshell

Vendredi soir, direction Rosantalerplatz et la Brunnenstrasse. La rue est en mode vernissage et une galerie sur deux est bondée. Pour moi ce sera l'exposition Liquidshell du studio idolon et ses installations électronico-vidéo-musicale. On appréciera les trois disques durs fixés au mur qui tournent et grésillent comme des cigales sous ecstasy et ajustent leur intensité en fonction de la proximité des visiteurs.

Plus tard les performances musicales débutent. D'abord un petit set avec ordi et bidouillages puis le clou du spectacle avec Shingo Iano
et ses instruments venus d'ailleurs. Deux instruments, tous les deux en bois, un en forme de contrebasse (ou forme de stylo géant) et l'autre pas plus grand qu'un lecteur mp3, mais les deux remplis de capteurs qui en fonction de leur position et vitesse de déplacement produisent différent sons. Enorme.

08/09/2011

Art un jour, art toujours

Un titre de post qui est beau.

On va essayer d'écrire quelque-chose de sensé cette fois-ci et je vais me risquer à un compte rendu d'exposition et quelques réflexions qui m'y sont apparues. Attention cassage de briques, de neurones. C'est parti.

Le décors, hier soir, enfin fin d'après-midi, petit tour au Martin Gropius-Bau pour aller voir la rétrospective du peintre japonais Hokusai (sur les conseils de parents attentifs à l'actualité culturelle mondiale, du moins européenne). On était deux, mais le groupe s'est agrandi, au final trois japonais, un allemand et français. L'internationale...

Première impression en rentrant dans la première salle ou première association d'idée: hmm, n'y a-t-il pas une petite touche viennoise voir Klimtienne??? Impression validée par un Franck qui s'était joint à nous pour la visite (le régional de l'étape), en fait certains artistes art déco se sont inspirés de ce peintre japonais qui lui même avait fait quelques œuvres à la manière de l'école hollandaise. La boucle est bouclée. Tout n'est qu'affaire de répétition, inspiration, réinterprétation, mélange... A se demander qui a commencé?

Une autre pensée m'est venue (qu'est-ce que je pense... vivement les vacances) quant à la représentation des paysages, des nuages, rochers et autres montagnes. Quasiment la même remarque d'avec Munch. Avant la Norvège je me disais bêtement (enfin je lisais ces trucs la) superbe couleur, pas mal sa représentation des couchers de soleil... Bref je vais faire un saut de 4-5 ans en Norvège et la conclusion est que ce que nous peint Munch est très fidèle de ce qu'il voit (il faut mieux avoir vécu la lumière scandinave pour comprendre) et que sans doute Hokusai aussi avec ses tableaux en format portrait comme la géographie étirée du Japon. Ou plutôt comment l'environnement influence le style du peintre? C'est une remarque valable jusqu'à ce que les voyages d'un pays-continent-monde aux autres n'étaient pas si "simple". A partir de la c'est le bordel et c'est la porte ouverte aux abus et autres peintures abstraites.

03/09/2011

Sortie nocture, mais de jour

Torstrassen Festival, Torstrasse donc. Des concerts de 12:00 à 20:00 et ce plus dans plusieurs bars autour de Torstrasse si vraiment vous n'aviez pas encore compris.

Au final trois nouveaux bars pour ma liste de bar berlinois: pour débuter un rapide coup d’œil au Schokoladen, puis premier concert au Grüner salon avec Jools Hunter, un homme, une femme, un clavier, deux ordis pour commencer tranquillou. Grüner Salon qui est bien vert comme la photo l'indique ci-dessous.

Au passage je récupère deux japonais, on enchainera avec MeinHaus am See pour rien d'exceptionnel, marche arrière et pause Afri Cola au Kaffe Burger. Bar qui de l'extérieur n'est pas très accueillant avec ses barres de fer aux fenêtres, un peu plus dedans mais définitivement trop chaud pour un samedi après-midi ensoleillé (une denrée rare cet été).

Nous traversons la route pour Gastäte W. PrassnikMimiCof joue en fin d'après-midi. Rejoins par un français, puis deux, nous attendons la fin de la paire israélienne Spector sur scène autour d'une bière, ou deux, ou trois, ou bien, il fait chaud.

Un peu de musique électronique plus tard, une Midori, un Samuel, un Jonathan et un Jérémie décident unanimement d'aller manger un truc, ce sera japonais. Suite et conclusion de la soirée au Neue Odessa bar où la population nous rappelle qu'on n'est pas à Friedrischain. Mais la bière est fraiche aussi.

02/09/2011

Soleil couchant

Vendredi soir, direction Kreuzberg pour écouter un guitariste solo, français cette fois, pour un finissage d'exposition dans une galerie. C'est pas mal quoique un peu trop guitare heros à mon goût. Le musicien me pardonnera, j'avais préféré une avant-dernière performance plus tôt cet hiver.

En chemin, pause photo en passant devant S-U Warschauerstrasse, tête en bas vers voies de chemin de fer

et tête en haut vers Mitte

01/09/2011

Deux concerts sinon rien

Jeudi soir, deux concerts ou performances musicales qui bien sûr se chevauchent. On commence avec du local pour le lieu au Dense avec en apéritif deux artistes en provenance de Chicago. Ambiance sympathique comme à chaque fois quand ce magasin de musique organise des gigs imprévus et gratuites et de qualité. Donc ca mixouille, ca bidouille, ca commente ses morceaux, relax.

Mais on approche de 21h, je saute sur mon vélo direction Kreuzberg, voir Neuköln. Là je retrouve un Kaido dans un magasin de vêtement pour la première session guitaristique de la semaine. Un Takeshi aux manettes, toujours aussi bien. Un set qui alterne guitare acoustique et électrique avec effets. Sehr gut. Petite angoisse des organisateurs avec successivement l'ampli qui saute et les réserves de bière qui s'évaporent trop vite...


30/08/2011

Vue du pont 2, la revanche

Sur le chemin du boulot, de bon matin, belle lumière, appareil photo téléphone dans la main, photo. Quasiment la même qu'un peu plus tôt cette année en avril (remonter dans le temps ici).

26/08/2011

Deux heures au Japon/Two hours in Japan

Juste pour la musique, je suis comme ça, j'hésite pas, le concert a l'air intéressant, c'est au Japon, certes, c'est pas grave, j'y vais! Et j'y suis allé en vélo... Et pour tuer le suspens ça se passait à l'ambassade du Japon à Berlin.

Just for the music, I'm like that, I don't hesitate, the program looks interesting, yes it is Japan but I don't care, I go! And I went there by bike... And to kill the suspense this musical event took place at the Japanese embassy in Berlin.

08/08/2011

Hackers en vacances à Berlin

Conférence Desktop Summit 2011 à Berlin ces trois derniers jours ou comment réunir la crème des programmeurs gnome et kde pour quelques jours en centre ville, dans les beaux et vieux bâtiments de l'université Humbolt. Et comme rester enfermé dans un amphi toute la journée n'est pas très bon pour la santé, hier soir open-bbq et open-bar pour tout le monde, quelques centaines de personne tout de même.

05/08/2011

Mesures au laser

Fin de semaine au temps incertain, le vélo devient vraiment un accessoire des moins nécessaires pour se déplacer, les bottes en caoutchouc voir la combinaison néoprène auraient leur chance de devenir très tendance cet été (?).

Mais fin de semaine aussi à jouer travailler avec une caméra d'endoscope et son accessoire de mesure au laser. Tout cela magnifiquement illustré dans l'image ci-dessous, tellement bien qu'aucune explication n'est nécessaire, enfin je me comprends.


Et surtout fin de semaine artistique avec une sortie au musée d'Ethnologie qui ne demande pour sa visite rien de moins qu'une organisation digne d'une expédition en terre inconnue: à perpette, station de métro fermée et non annoncée et autochtone aussi trouvable qu'une aiguille dans une meute de foin. Dalhem et son campus c'est joli, mais calme, mais joli, mais calme... Heureusement la série de concert et performance combinant danse et live musique était plutôt chouette.

02/08/2011

Moutons en vacances à Berlin

Il fait beau, ça va pas durer, on en profite, donc petit détour de rien du tout en rentrant du boulot.
Un, passer devant les panneaux solaires.


Deux passer la colonie de moutons qui broute paisiblement. On pourrait se croire en été.


23/07/2011

MF Doom en vacances à Berlin

Petit concert des familles hier soir à l'Astra, MF Doom en tête d'affiche, Antipop Consortium et Infinite Livez pour chauffer la salle et un Dj tout seul pour combler les trous.

Live music yesterday evening in Astra, MF Doom is scheduled with Antipop Consortium, Infinite Livez as starters and a Dj alone to feel the empty spaces between the sets.

20:44 Nous rentrons, la salle est encore relativement vide, dehors il pleut, 16 degrés, vive l'été. Le Dj balance du son, tranquille. Une heure plus tard Infinite Livez nous fait son petit set, mélange de bruits, de sample de sa voix et de rythme bien électro, en arrière plan des vidéos bien pixelisées de jeu vidéos ou d'une jeune femme en robe rouge trop courte avec un masque de cheval sur la tête, yep. Pas mal, puis le Dj peut rebalancer du son.

We are entering, the place is still relatively empty, it's raining outside, 16 degrees, summer they said. The Dj is warming up and spinning some tunes. One hour later Infinite Livez makes his small set, a mix of noises, samples of his own voice with a strong electro rythm, in the back of the stage pixelized videos are projected combining video games and images of a woman in a too short red skirt wearing an horse mask, yep. Not bad, then the Dj can spin more tunes.

23:02 La soirée va être longue... APC entre en scène, ça sautille sur scène, ça joue avec ses machines à faire du bruit, la salle est bien remplie. Pas mal.




23:52 On s’assoie sur le côté histoire de se reposer un peu, on est pas les seuls. Le Dj balance du son. On espère juste que la transition pour MF Doom sera un peu plus rapide (que nenni). Pour tuer le temps un type de se met pieds nus et torse poil et fait ses gammes de breaker, et que je t'envoie des rotations tête en bas sur une main, wesh wesh. Et le Dj balance toujours du gros son.

1:14 Toujours pas de MF Doom, le Dj balance toujours et encore (meilleur sixième homme de la soirée le Dj) du gros son, ca gueule dans la salle, le disk jocket nous répond à base de bras en l'air "j'y suis pour rien c'est l'autre qui abuse" suivi d'un son reprenant fuck you fuck you and fuck you... Hip-hop tout ça :-)

1:24 Finalement un gros arrive sur scène (enfin un rappeur ricain) suivi d'un moins gros avec un masque (MF Doom). On craint le pire, genre je lance mon DAT et je chante mon album et bonne nuit... Mais en fait non, gros son, bonne présence, gars qui a l'air plutôt sympa et fait oublier à la foule qu'elle l'attend depuis 4heures... Trois rappels plus tard c'est fini, on approche des 3h du matin, il ne peut plus, je suis sourd, mais content :-)

17/07/2011

Cherche une partenaire de tango

Normalement, et je l'ai vérifié, constaté, entendu maintes fois: il y a plus de danseuses que de danseurs dans la scène de tango, normalement. Donc en théorie si je me pointe à un cours, pas de problème, erreur.

De un ma partenaire du printemps n'a plus le temps de danser avec moi (une explication est que je sois très mauvais mais je n'ose y croire...) et de deux, si je me pointe à un cours seul, c'est généralement le jour où il y a plus d'hommes que de femmes. Donc comme un couillon je me retrouve hier à faire des exercices avec un Martin, heureusement j'étais arrivé bien en retard.

On le rappelle, c'est beaucoup plus rigolo de danser le tango avec une partenaire, jolie de préférence.

14/07/2011

Nouveau eastern

Retour en vélo, traversée de Treptowerpark, prendre le pont à côté de la tour Allianz, passer au dessus du Spree, belle lumière, un charriot de chercheur d'or perdu, tout seul, photo.

09/07/2011

Déambulation de jour

D'habitude j'explore la ville la nuit, mais le retard de sommeil accumulé était tel ces derniers jours que cette fois j'étais prêt à sortir en plein jour. Direction la Willy Brandt Haus en fin d'après-midi pour les World Press Photo 2011, très belles images, belles couleurs et compositions et des sujets tous plus hardcore les uns par rapport aux autres.

Petite pause bionade avec Midori qui m'avait rejoint pour l'expo, puis découverte du parc Viktoria non loin dans Kreuzberg et finalement atterrissage à Tempelhof pour dire bonjour à Natalia dans sa petite maison en béton. Bière au soleil couchant entre des bouts d'arc-en-ciel et quelques éclairs au loin. Puis retour tranquille chez moi avant que la nuit ne tombe pour changer.



Usually I explore the city by night, but having accumulating too many nights without enough sleep I managed today to go out by day. Direction Willy Brandt Haus in late afternoon for the World Press Photo 2011, nice pictures, nice colors and compositions in contrast with the content pretty hardcore.

Small bionade break with Midori who joined me for the exhibition, then discovering of the Viktoria park no so far in Kreuzberg and finally landing in Tempelhof to say hello to Natalia in her tiny house. Slowly going back home before the night arrives to change.

06/07/2011

Japanese dance performance in Wedding


I slowly start to believe that Wedding is the place to be in Berlin. I never been in this area in two years and since some weeks I'm almost two evenings per week there attending a tango course here, electronic music in a swimming pool basement, political meetings, microbrewery in a backyard of an ugly building... The common pattern of all these places is the area is not extremely appealing at the first look and you think "when do we leave already?". But once you found the place you were aiming to, took that porch, entered a passage, things get better and there is suddenly space available you didn't expect. A Alice in Wonderland effect?

So yesterday evening, meeting point on the platform of S-Bahn Wedding with Ayako, then 50m walking and we enter the MICA MOCA. Ugly building from outside, once in the backyard a quiet atmosphere. Of course a garage, no cars but with a bar inside. The last rays of lights from the sun in the face and one Augustiner in the hand (Augustiner is not a person, let say a woman from Augustin, no, it's a beer) and more and more Japanese people all around.

The performance finally starts (Living Space - seikatsu kuhkan -Sound&Dance Improvisation), we enter the building, the audience is invited to take chairs and to find a place where to sit - which means you could end up where the dancers will potentially need to go and I don't specially want to end up on stage :S In the middle of the room the three women and one man, all Japanese dancers are already composing with a low table. What will follow is a series of scenes using the full space of the room. For me something between dance, music and theater as sometimes one was reading, singing, the others were acting, playing. Many things together, sometimes a bit messy but definitively interesting.

Evening continues with some discussions about the show, with and without the artists. This becoming a nice habits the last months, to meet the creative people (huuuu..) after and before the various shows I attended.

Damm it's already 23h12... And I remember that I need to sleep. We leave.

the place -> MICA MOCA.

04/07/2011

Le soleil c'était mieux avant...

... quand il y en avait. J'eus aimé avoir chaud et me caler sous un parasol. Bon j'ai eu chaud quand même.


Et je me suis fait livrer des produits du terroir pour donner l'illusion d'un climat provencal :-)

25/06/2011

CARS quatrième jour

On résume, des robots, des caméras, des écrans, de la 3D = médecine de l'espace. Et pour se changer un peu les idées en cette fin de semaine, vélo, Sonnenallée à Wedding, petite photo sous les rails, tango, pendaison de crémaillére dans le voisinage, dodo.

Comme d'habitude, après deux semaines dans tango tout ne revient pas de suite, mais les exercices de base font toujours plaisir. Et puis cette fois on a commencé à jouer à essayer de pousser du bout du pieds celui de sa partenaire, casse gueule mais plaisant.

24/06/2011

CARS troisième jour

Peu de lieux où déjeuner autour de l’hôtel Estrel, mais après quelques mètres parcourus nous trouvons avec mon acolyte de collègue un petit havre de paix "der kleine Buddha" où nous mangeons super bien et où il faut pas être pressé. Une hypothèse, les employés de ce magasin/restaurant sont en perpétuel méditation.

23/06/2011

CARS deuxième jour

Les présentations se succèdent, du bon, du ok et c'est pas mal quand même et aussi du mais on fait pareil en mieux en fait... Et forcément quelques croquis histoire de comprendre et développer un peu plus certaines idées.

22/06/2011

CARS premier jour

Lever à l'aube, direction le plus bel grand hotel de Berlin à Sonnenallée pour une conférence d'imagerie/robotique médicale ou comment préparer des voyages dans l'espace et former des robots docteur.

Premier jour donc, je bois de l'eau, du café, de l'eau, du café..

Fête la musique, épisode 253

Des fêtes de la musique j'en ai fait des paquets, au début c'est bien mais ensuite, bon… j'avais même commencé à développer une stratégie pour passer au travers, surtout en France, mais sans un réel succès. Une fois en Norvège ça c'était calmé, plus besoin de faire du slalom pour éviter les différentes scènes. Mais à Berlin c'est différent, en effet il y a aussi la fête de la musique.

Comme dans mes souvenirs parisiens c'est aussi un beau bordel mais pas plus qu'une fin de semaine réglementaire, Berlin la nuit tout ça... Ambiance veille de jour férié sans jour férié qui suit, ce qui rend l'atmosphère particulière et les réveils difficiles.

20h40 Café-info Paris à deux pas de la tour TV. Pour être différent la scène est en intérieur alors que normalement la fête de la musique c'est tout le monde dehors… Anyway comme disent certaines personnes, je reste dehors, discute avec les français puis une jolie dresdinoise expatriée et polyglotte me rejoint, Nous l'appellerons Julie car Julie est nom plus que populaire au Québec. Ca papote, il ne pleut pas, les concerts se terminent, quelle direction prendre?

23h12 Kreuzberg, au Kjosk, ambiance terrain vague classe avec un bus imbiss et une voiture dj. C'est bien compact, mais pas plus que dans rue à ce moment de la soirée. Musique tranquille, gens sympathiques, puis un espèce de golgothe nous alpague reconnaissant "Paris" dans la discussion. Le gars fait son 1m95, sa casquette, son cuir, ses dents en moins et juste sa silhouette visible dans la pénombre, ambiance disais-je. La buvette est fermée, la musique ne joue plus, nous repartons.

00h24 (?) toujours Kreuzberg, Julie sait où on va, ça tombe bien car je suis un peu perdu. Bar rockabilly et street houla-hop show devant le bar, Berlin la nuit tout ca… Bar vide car tous les fauteuils sont dehors, le poids de l'alcool et plus se fait sentir chez certain, en particulier un gars en pantalon de survêtement, chemise blanche, qui bien bourré se rhabille au milieu du bar et qui se retrouve quasiment à poils, Berlin la nuit tout ça…

1h14 nous re-sautons sur nos vélos, quelques mètres plus loin nos chemins se séparent, Julie s'arrête et moi je continue. Exquise déambulation nocturne que l'on nommera "à La berlinoise" dès lors. Cette soirée m'a réconcilié avec la fête de la musique. La nuit va être courte encore une fois…

20/06/2011

Arctic Monkeys à l'Admiralpalast

Pour se préparer à la fête du bruit de la musique de demain, j'ai fait un petit tour à l'Admiralpalast pour écouter Arctic Monkeys sur les bons conseils de Kaido.

C'était pas mal, mieux que Belle et Sebastian.

15/06/2011

Akademiegebäude am Gendarmenmarkt

Tonight talk by Richard Stallman at the Akademie der Wissenschaften "COPYRIGHT VERSUS COMMUNITY IN THE AGE OF COMPUTER NETWORKS".

Very unusual crowd at the Gendarmenmark, people are wearing their best linux distrib t-shirt, not so many women... The room is full and while waiting for the start some can't wait and use the few seconds available to compile this or send e-mail there. Gnu-Linux is in the air.


Even so it's pretty interesting I'm leaving after 90min to meet a Tore the traveler coming from the cold in Berlin for only a few hours.

13/06/2011

Project Hausboat

Lundi férié, démarrage tranquille, lecture, puis sortie et exploration autour de Westhafen avec Natalia, en reconnaissance à la recherche de péniche et d'habitants... Cool.

12/06/2011

Danse, danse et danse

Fraichement rentré de Paris en fin d'après-midi, vider son sac, trouver des affaires propres, faire quelques courses, la soirée arrive, bières sur balcon avec Samuel et sortie au Berghain.

À peine 0h30, un peu de monde, attente dans la queue, angoisse des visiteurs à la vue du golgoth de videur qui ne laisse rentrer personne, une fois dedans (car je suis cool, enfin...), retrouver Midori, parler quelques secondes et puis musique, observer les gens et éviter les bras de la jeune fille devant qui s'agite bizarrement.

Lever tard le samedi, retrouver son vélo, foncer vers Wedding, cours de tango qui fait du bien, ça tourne tout seul, les figures se suivent et s'enchainent simplement, chouette :-)

C'est pas fini, on le pensait mais non. Retrouver Samuel et Matthias dans le quartier, passage au Sanatorium, un burger plus tard et de trop je suis au Lovelite pour des Pandas aux platines, super track quand j'arrive, bonne musique ensuite, un mr freeze, gens patibulaires, je rentre doucement.

Dimanche hyper tranquille à lire calé dans mon canapé, sortie pour attraper la fin du carnaval avec Ayako et enchainement avec un spectacle de danse dans un lieu que je connaissais pas encore. Demain c'est férié, la chance.

09/06/2011

Aschères le Marché

Un café, quelques gateaux, un tour dans le potager, manger quelques fambroises dans le jardin directement des framboisiers, perdre au scrabble contre sa gramd-mére pour a xième fois, je ne suis pas aussi requin que mon frére pour vaincre ma mémé ca ce jeu :-)

Puis retour en twingo espérant mettre un peu moins de temps qu'à l'aller. Ca commence toujours simplement par la traversée de la Beauce, c'est plat, et parfois on rencontre quelques arbres, les mêmes que je croise depuis un petit bout de temps déjà, intemporel.

08/06/2011

Lyon, 8h d'arrêt

Escape lyonnaise, déjeuner avec le grand-père, café avec un camarade berlinois, diner à Pantin en famille toujours ou comment dans la même journée manger des quenelles de qualité, traverser le Rhone de jour, la Seine de nuit, boire un communard, fumer un cigare, refaire le monde, puis rejoindre ses cousines et plus autour de mets japonais fait maison et last but not least une traversée de Paris la nuit en twingo des familles. Etrangement j'ai sommeil.