14/11/2014

Valerian agent spacio temporel - episode transatlantique

What a long day, subway, walking, flying, subway again and finally Berlin. Long distance flight in autumn puts you in a another time space. You start your journey in the underground by day time, when the subway reaches the surface on his way to the airport the night has come, you can't see much outside because you are too far from the city lights and you are constantly in the position of having to wait or having to run, you are prisoner of your own schedule.

Seated with a window on my right I can barely see the extremity of the wing, too big, too windy, too dark. On board the KLM crew is struggling to make function each individual video screen. Organized as I'm I forgot my book in my checked luggage, so I re-started Bel-Ami on my tablet to kill the time. Eventually the on-board team succeed to reboot the system, but I will only see 15min of something on a bad screen and left to say hello to Morpheus.

When I wake up it's Amsterdam again. Next day. I'm getting closer. Two more hours waiting and a last jump in the sky to Berlin. Smooth landing, I get my luggage and my TXL almost immediately. Good to be home. People are drinking beers in the bus, no one is hiding. Started in New York Upper West Side near 96st - and some cream cheese bagels for the breakfast - with several stops in Wall Street, stopping by the North and South Pools and continuing by a short visit in l'Imprimerie on Spring Street 11 I finish my journey as I started it yesterday, with something to eat, kettwurst it was.

11/11/2014

Tuesday in NYC - Going to Staten Island

In the morning at home working on our computers. For lunch we left Upper West Side and aim down town and Wall-Street to meet our host. Another side of New-York. It feels like in a Batman movie and we are expecting the Dark Knight at any time, but we only see the canine brigade team car. Down the street the famous charging bull and the inevitable tourists taking picture of themselves touching the bull balls. You find the same tourists everywhere.

After lunch JB and I took the ferry to Staten Island. The time to touch the island and to go back to Manhattan. As we have some time before our next meeting, we walk. Little Italy and we are getting lost searching for Mulberry street. We managed to find again the Blind Tiger bar, had a beer at 18h and were drunk at 18h30. Then we ran to our next meeting El Barrio Chino, a Mexican restaurant between Chinatown and Little Italy where my friend Tarun proposed to meet. First time we met was in Oslo, then Berlin and now NYC. Very cool to stay in contact with people all around the world.

As in every restaurant you can't book a table, so better be in time. We struggled a bit to find the place, but we made it. Food was good, waiting time reasonable, staff members nice looking and friendly. Another good day.

10/11/2014

Monday in NYC - Going to the Queens

I didn't bring my jogging equipment for nothing. After one week of non-activities I woke up early and went jogging in wild Upper West Side. I went up from the 97st and enter the Riverside Park along the river, ten turned right after reaching Columbia University, crossed the Morningside Park with a beautiful view on Harlem and Upper East Side in front of me, then joined Central Park by its upper west corner. At the level of my street I left the park and came back home.

Jogging in NYC and Central Park, checked.

The journey of the day continued by walking downtown where all street corners look like an album cover of the Beastie Boys Paul's Boutique. We went back where we went out last Saturday, thinking ahhhh it was there... I left Jean-Baptiste and Sarah in Washington park and went to the Queens. There I enter the Moma studio where its main imaging division is. For the connoisseurs I'm not taking about PS1 but another location into the Queens. I can't say it's a secret location as it's written in big Moma Studio in front of the light blue building. It is in this place that they will shoot pictures for their collection from paintings, sculptures, multimedia installations, cars, everything. To be short it was very cool. A tour made possible after meeting the right people in charge of this building some months ago during the Archiving conference 2014 who took place in Berlin.

Going the Queens, crossing a bridge above railways with the sun light going down through wire fence with the view on Manhattan in the background, checked. Never felt so hip hop.

I left the Queens, made a short detour by Manhattan and arrive in Williamsburg. I had a tacos from a tacos truck while waiting. JB and Sarah arrived, we had another delicious Asian fusion snack and went to a roof top bar. From there we enjoyed our beer with the NYC skyline by night.

First time for me in two areas of NYC, the Queens and Williamsburg. The last one reminded me a lot of SF, a bit of Montreal and Berlin. And now I know where the Vice headquarters are, there are facing the Brooklyn brewery.

Back in 96st after some food shopping I'm getting ready for cooking a risotto. It wasn't legendary but very eatable. Another great day.

09/11/2014

Sunday in NYC - Going around

Brunch time! Starting from 96st in Upper West Side we enter the streets of NYC. The brunch place our host was dreaming about - something Louisiana style or so - is already full and we are not ready to follow the NYC way of going to a restaurant: queuing to death. We walk some meters further, got table and food. Asking for the wlan password the waiter brings me the wine menu, I got it, my accent is terrible.

Eggs, beacon, bred and coffee, ready to pursuit. Slowly we reach Central Park, at Yoko house we enter the green area of NYC. Beautiful colors in the trees and a lot of tourists and guitar players getting ready for a day of Imagine practice.

Going out of Central Park from the zoo we jump in a bus to go up Manhattan to the 105st following ideas from the spottedbylocals guide of New-York to make our path to the city.  A look at a gratify wall and we enter the NYC museum which we first mistaken with the el museo del barrio. About 4 to 5 exhibitions, mostly photography, some good, some less interesting but a good break in our wandering.

Hungry again, I spot on foursquare a ramen place not too far away. After another short visit in a small park located in Central Park facing the museum we just left we jump again in a bus. Only 20min to wait and we got our soup at Naruto Ramen on the 3rd avenue. Yeah!

Too early to go home so we continue downtown, in subway this time. Visit of Grand Central followed by the inevitable tour in Time Square by night. Lights everywhere, a dozen of spiderman, one or two batman, one joker... No needs to stay forever.

Back to our block in Upper West Side. It's Sunday evening, we could buy food and cook. It's New-York and everything is open all the time, all the time. I repeat, all the time. Instead we remain lazy, order pizza, got beers from the deli downstairs, our now daily Brooklyn Brewery beers, this time followed with tv series and sleeping.

A good day.

08/11/2014

Going to NYC from Boston

Saturday - Going to NYC

On part en bus avec l'ami Jean-Baptiste. Breakfast bagel œuf bacon accompagné de boulettes de donuts (le trou dans les donuts) et un sandwich vraiment dégueux pour le voyage en bus.

Parti vers 12h on arrive 4h plus tard au niveau de la gare des bus de NYC. Boston est définitivement un village à côté. Direction Penn station, ligne 2 ou 3 en express et arrêt à 96st. That was easy.

Notre hôte Sarah nous accueille, les connections gjovikoises voyagent. On est pas venu uniquement pour dormir non plus, petite pause et on ressort direction Brooklyn de l'autre côté du pont - côté Brooklyn - pour un festival de lumière le truc à la mode dans toutes les villes du monde.

Sur place il y a foule, grosse foule, si un événement est gratuit le new-yorkais se déplace en masse et fait la queue. Il aime attendre. Nous non.

On retourne à Manhattan, la première option restaurant demande un temps d'attente conséquent. On se rabat sur une seconde adresse avec une charmante petite arrière court couverte et chauffée. C'est joli dans l'assiette mais ça pourrait être plus parfumé.

C'est pas fini, la déambulation continue et nous descendons dans un bar en sous-sol. Bière belge sur le carte et rapidement dans nos verres. Dans les toilettes un mannenken-pis derrière un grillage. AU Final un petit bar sympathique situé en face d'un théâtre de stand-up lui aussi en sous-sol. Je sors un eu avant les autres, dehors seul dans la rue regardant la foule nocturne déambulant vers son prochain verre.

Nous rentrons en express, métro toute la nuit. La fatigue se fait sentir et peu de temps perdu aujourd'hui. Vivement demain.

07/11/2014

CIC 22 in Boston

For its 22th edition the Color Imaging Conference or CIC for the connsoisseurs took place in Boston. Comparing to last year in Albuquerque (NM) the color LUT did change a bit: yellow and blue for the desert and the sky to red and about 50 shades of autumn for the buildings and trees.

If as the previous editions the crowd of attendees remains similar - la crème de la crème of the color scientists - you can detect a slight dominance according to the conference location or with whom is organized the event. This year the keynote sessions where for both color scientists (CIC) and medical imaging scientists (IADP), then sessions were ran in parallel.

The joint keynotes brought interesting discussions. They were highlighting another practices of imaging system - like microscope - in the medical world. That is not a surprise that the imaging system described can provide very different visual results, from one microscope to the other the data do not appear identical to human observers but the extraction of information should. In one word there is no reference images or colors when the practicians is looking at samples, but they know that each patient is different and can base their diagnostic on their experience. In comparison to the CARS event, the IADP was much less about computer assisted radiography and more about image analysis (at least for what I have seen).

The day before the real opening of the conference is the short course day. Professionals, experts in academia or industry are giving lectures on color science topics. After chairing this session last year in Albuquerque NM I could follow two courses in Boston: one on color display given by Gabriel Marcu from Apple and a second on Color Rendering Index and Lighting given by Wendy Davis from University of Sydney. It is always refreshing to take part into these courses, to re-learn about display technology, display calibration, lighting technology and equally important how our comprehension of color science has evolves over the years and how new technologies force to change our approaches.

One thing I remind in particular is the new range of LEDs available - for some years already - and the changes that go with them. It is possible to design the properties of your lights - its spectral power distribution SPD - at very narrower wavelength bands. What does it mean? It means that you can really shape the gamut of your display or light installation, this in term of triangle shape in the color space of your choice. But being able to define a larger, wider color gamut on a sketch is not or should not be the only goal. We also have to think of the internal color space distribution, after all the light source we are most of the time in contact - the sun - has a very different SPD. The good side of it is the door open for us color scientists to continue exploring these new spaces.

It was good to see how my field of studies during my PhD - multi-spectral color reproduction, multi-colorant printing - has evolved. How multi-ink printing systems that were semi-experimental some years ago are now the basis of further experimentation. Further more it always a pleasure to hear someone telling you "I have read your thesis" when they see your name and your face for the first time.


03/11/2014

Boston 13 years later

Second time in Boston, about 13 years after my first and only time in 2001 when I was an exchange student in Montréal. For the first trip a car full of Frenchies and Belgies was going South, leaving Québec behind us for the a long weekend. As far as I remember it was a really good weekend, not legendary but still very ok.

But back to our actual trip. I'm arriving from Berlin via Amsterdam. Luckily the Delta Airlines plane is pretty empty - I have two seats for me alone - and equipped with fairly new personal screen, I can actually see something - ce qui n'est pas toujours du luxe. I can say I was efficient in term of watching videos.

Landing was smooth, so was the custom and retrieving my luggage. In the plane I met a fellow going to attend the same conference as me. The reason I'm travelling to Boston is to attend the Color Imaging Conference (CIC22 to be precised). For once we left the South states of New Mexico, Texas or California, no excursion to the desert this time.

But back to Boston as I'm diverging again. The city isn't too big and the public transport is actually existing. I jumped in the subway and reached shortly after landing my AirBnB apartment in South End, somehow the South. Neat. Especially neat if you have seen the average price for an hotel room this week.

Thanks to the conference organisation I'm able to attend the event another time. In a smaller city all attendees are usually staying in the same hotel. This time not. Meaning I will have to wait tomorrow to meet the color scientist fellows, except one coming from France with whom I'm sharing the flat. According to plan and his plane he should arrive soon.

02/11/2014

Meet the spotters in Amsterdam

I'm a spotter for the Berlin Spotted By Locals city guide. The idea behind this series of guide is simple and brilliant: to ask locals to share their spots, the place they like, part of their daily experience in the city where they are currently living. It is different than Yelp, Tripadvisor, Foursquare - I'm also writing for to some of them irregularly - or many other platforms where you can find information of about every items on a map. Only spottedbylocals is better.

Less than two years ago as I joined the Berlin team, its spotters were talking to me about this first spotters weekend in 2012, describing how epic the weekend was. It was the first and I was secretly hopping that the weekend planners will continue on a yearly basis. But they didn't. Actually hosting around 100 people, people that don't know each other, people that you only know shortly from they writing or skype interviews can be risky. But they did it again at the end of October.

Long story short, it was a great weekend. People and weather were accordingly friendly. All writers from Berlin did join the trip, so I knew some of the people. It was a great feeling to meet all the spotters from so many cities, a strange but confortable impression to know each other for a long time even so we were meeting for the first time and it was not because we are all part of the same company 

Bart and Sanne - founders and bosses behind spottedbylocals - did manage to select a very interesting crowd, talking about family will be to easy, more a community. During this weekend I tried to get a typical profile of what is a spotter. What does it mean to be a local in such a globalised world? We are all very connected, probably half of our brain is permanently linked to the internet, our multiple avatars almost never sleep and only our physical body sometimes need some rest. But still we - I think - love to meet people, engage in conversation, share life experiences that make us less an icon on the internet and more a human being - the Community fan will love that. If by travelling somewhere, by visiting a place, drinking a coffee you had the feeling to be part of the place then we won.

27/10/2014

Wolverine in Brandenburg

13:30 lundi, journée ensoleillée, temps idéal pour aller filmer des images en plein air dans le fin fond du Brandenburg. Rendez-vous sur le quai du Regio à Alexander Platz, un cameraman ou un Malte, une réa ou une Dora l'exploratrice et un accompagnateur ou photographe animalier de plateau. L'heure du rdv a été avancée, le changement d'horaire du weekend y est un peu pour quelque-chose. La mission est simple, ramener quelques images d'animal sauvage dans la forêt.

Train à l'heure, 24min de trajet et nous sommes dans la pampa forestière pas loin de Erkner. Notre contact vient nous chercher, sorte de Robinson trappeur vivant entre son camion, sa caravane et sa trentaine de chien husky. Pénétrer dans son van est déjà une expérience sensorielle intéressante. La réa est devant, le petit personnel en équilibre derrière entre cages et câbles, on s'accroche où l'on peut.

14.44 le van s'arrête, tout le monde descend. Quelques enfants en visite au chenil nous accueillent avec des questions, ils savent que des gens de la ville viennent filmer et ils veulent savoir sur quelle chaîne de TV seront montrées nos images. Dora leur explique que ces images sont en fait destinées à un film, on vient de perdre un spectateur, qui va au cinéma quand on a une tv, un smartphone ou un ordi?

Le casting commence, deux auxiliaires de Robinson nous ouvrent les portes, les chiens aboient et exhibent chacun leur dentition parfaite en contraste totale avec celle des êtres humains ici présents, je n'avais encore jamais vu de piercing de dent d'aussi proche. Les chiens ont l'air bien meilleur santé que les humains.

Nous quittons le chenil pour la forêt à la recherche d'un spot. Une demi-heure plus tard le tournage commence. Toute la difficulté étant de maintenir le cousin de Beethoven en place, de dissimuler sa laisse dans son dos et son maître derrière un arbre.

Sur le retour nous marchons entre la forêt et quelques maisons, parfois des chiens aboient à notre passage. Robinson ne dit que "tsss" tout doucement à son husky qui comprend, regarde vers le chien aboyant et reste calme, Robinson sourit.

17:07 sur le quai dans la forêt. Le Regio arrive. 24min plus tard nous sommes de retour en ville. Toujours impressionnant de vivre ces changements d'atmosphère en si peu de temps. De passer du futur - Berlin ville modèle pour toute station spacio temporelle qui se respecte - à l'age de pierre - la forêt avec Robinson et ses chiens - en quelques kilomètres seulement. Pas le même changement que Prenzlauerberg versus Marzahn en terme d'urbanité, mais la même impression de distorsion distance versus temps, si proche si loin.

11/10/2014

Rencontres géographiques et temporelles aléatoires

If I don't find a job as a color or imaging scientist in a near future I could always apply as a physiognomist. It is my super power, I remember faces even some years later. This Saturday afternoon I was meeting one of my friends Natalia to take a portrait picture of the person she was interviewing for her blog - it's here, it is the following chapter of last August about project space, it's now about study space - and when I met Anna I had a beginning of flashback, I have met this girl with Natalia already - everything is written here in French and it was actually not her - a while ago, three years ago, all the memories about this day came back after some hours to my mind. But let's continue about today.

15:00 we meet in Hackescher Markt as we leave away almost immediately. The area is peaceful and quiet after 18:00 if you are going to the cinema, but before it's touristic hell on earth. We walk toward the Spree, take some pictures and I go back home.

19:00 quiet agenda for the Saturday evening, only a finissage in a gallery some hundred meters away from our home address. At the end of the Project Space Festival last August I met Andreas who is running the Greusslich Contemporary gallery.

My first plan was to stay shortly, to visit the gallery - gallery located in an apartment not on the ground floor - and to go home. I went home, but 3 hours later. Even so you are entering an apartment, you are entering a gallery. The white color on the walls, the light grey on the floor, the homogeneous lighting, the place itself or the volume is the part of the exhibition - but I'm probably influenced by the last month project space festival I have attended - which makes me a bit lazy when it's time to look at the art pieces selected by the curator. Being there is almost enough. Next time I will be less impressed by the place and will be able to pay more attention to the exhibited works.

All along the finissage small groups were formed, my group was constituted of two Germans women, one Austrian man and myself. Always a pleasure to practice my German skill in such condition, talking about art, color and irrelevant things while drinking beer.

07/10/2014

Color science for beginners

I’m a color and imaging scientist who does photography, but sometimes I’m a photographer who does color and imaging research. Depending of the moment and the project one or the other will be predominant.

The practise of photography is always interesting to remind how the light is captured, how images are made. Know the acquisition process in details - light condition, lens used, subject or content - will always help when it is time to work on the images - be it for displaying the resulting images or for extracting automatically information from them.

These few lines are only a glimpse of what color science is. In my many attempts to explain what a color scientist does I came up with this little definition: a color scientist deals with light, its acquisition, preservation and reproduction, of course he also works with images. The term “color” refer to the visible spectrum - a color scientist is a multispectral imaging scientist with limited spectral boundaries - and by adding the word “visible” - visible to the human eye of course - we just extended the range of possible activities such as studying how a human eye does function, how do we perceive light signals, read images. From physics we come to philosophy.

Engineering projects which involve to work with images are often straightforward: you have an image, you need to detect some information, you use a define metric and it is done - almost of course. A color imaging project which involves art, artists and their work is different. Artists and scientists do not speak the same language, they may use the same tools but with different guidelines for sure... But that’s where the fun comes in.

05/10/2014

Sortie nocture épisode 888

En ces temps sans travail je me dois de sortir de notre appartement souvent sous peine de me sentir comme un hamster dans une cage de luxe. Est-ce qu'un hamster a internet dans sa cage, je pose la question.

20:02 en ces temps sans travail chaque brainstorming culinaire est l'occasion de faire quelque-chose, de le commencer et de le terminer. Aujourd'hui une nouvelle recette m'est apparue, un curry végétarien accompagné de tofu bien sûr, une pomme de terre, aubergine et surtout chou-fleur et lait coco.

22:00 en ces temps sans travail je ne suis pas fatigué une fois la soirée venue, et ce malgré tout le sport que je fais. Une fois curry digéré je file vers Kreuzberg pour une fin de soirée dans un bar à vin en face de la Matkethalle du quartier.

Et comme tout a une fin il faudra changer de bar à un moment. De trois personnes le groupe passera à six. Un bar presque mitoyen du premier fera l'affaire, enfumé à souhait et décoré "chalet style" mais pas uniquement. En effet c'est l'extérieur d'un chalet qui a été choisi pour la décoration, de la pelouse, des bouts de bois, sans doute des champignons sur chaque table.

2:33 et comme tout a une fin et que certaines personnes voudront danser, on se dirige tous vers le Spree où multitude de club - ou cloube - foisonnent. Devant le Watergate queue raisonnable. Quelques personnes seules se font refouler, un espèce de scandinave ou anglophone bien bourré se fait rembarrer. Il hurle devant la porte, sa vie en dépend, la vie du monde en dépend, ses amis son dedans, il restera dehors.

2:42 un membre du groupe a la lueur d'esprit de dire "et bien moi je rentre chez moi, bonne nuit". Nous ne sommes plus que quatre, deux filles et deux garçons, nous rentrons dans le cloube. A peine dedans que je perds de vue mes partenaires.

D'habitude je passais devant l'entrée en vélo en rentrant de soirée en pensant "bande de connnnnnnnnnnnnnn" à attendre comme des bœufs pour entrer, ce soir les rôles se sont inversés. Et d'ailleurs un cycliste passant nous gratifie de la version allemande proche de "looooooosersss".

3:00 visite éclaire du Watergate, très bonnes statistiques pour moi vs club of Berlin - à 1 euros la min je suis resté 18min, le temps d'arpenter le club et ses ambiances, vraiment pas terrible, pas le meilleur endroit pour vivre la musique, plus pour sauter sur place et lever les bras en l'air dès que le dijè joue avec le volume de ses consoles, décevant donc. Il y a bien la vue sur l'eau et le pont allant vers Warschauerstrasse, mais c'est faible comme motivation.

3:12 retour en vélo, nouvelle sélection mp3 dans les oreilles, playlist aléatoire hip-hop reggae, la traversée du pont en brique rouge au dessus du Spree puis Warschauer au dessus des rails, bifurquer vers la gauche, toucher presque le Berghain, continuer tout droit avec au loin la tour TV qui s'élève. Contourner Alex et suivre le U2 et rentrer chez soi.

Un temps idéal pour faire du vélo de nuit, juste frais comme il faut et personne sur la route sauf des taxis.

01/10/2014

Valerian agent spatio temporel à vélo

Vu de haut sur une carte la commune de Marzahn n'est pas si éloignée que ça de Schönhauser Allee. Une bonne dizaine de km tout au plus, deux lignes droites, un virage et vous êtes. Direction Lichtenberg puis bifurquer en prenant la Landsberger Allee et s'arrêter à la Eastgate.

La Eastgate c'est un peu la porte vers l'est comme sa traduction l'indique. La sortie Est qu'est la station spatiale Berlin vers l'inconnu, le Brandenburg, la Pologne ou autre. Je rappelle que Berlin est une station orbitale en devenir dont quelques bouts dépassent du sol comme la tour TV, Alexanderplatz, etc.

C'est une fois sur la Landsberger Allee que le voyage commence. La deux fois quatre voies avec terre-plein au milieu. De chaque côté une piste cyclable, d'un côté uniquement le tramway et le S-Bahn. Le tout bordé de barre d'habitation, sur presque 10km. A vélo vous êtes tout petit. Tout tout petit.

Du même point de départ et en allant vers le sud sur la même distance à peu prés - Tempelhof par exemple - vous n'avez pas la même impression si grande de dépaysement. Les immeubles changent certes, mais vous êtes toujours à Berlin, une ville.

Pourquoi aller là bas me direz-vous? L'idée saugrenue m'est venue en lisant le programme de la Galerie M à propos d'une exposition Invisible Borders et d'une rencontre avec les participants de ce road-trip parti de Lagos et se dirigeant vers à Sarajevo, à bord du bus journalistes, artistes, photographes tous du même continent.

Une soirée plutôt très intéressante. Un beau projet et un regard complètement différent sur l'Afrique à l'opposé du modèle médiatique normalement proposé imposé violence/famine/guerre/ébola. Mais aussi un regard différent sur Marzahn et du fanstame qui lui est généralement associé imposé banlieue/violence/idioten/exrtême droite/racisme.

La soirée n'est pas finie pour autant. Un autre check-point m'attend dans mon périple du jour. Une bière d'anniversaire à Wedding à la Vagabund Brauerei. Une brasserie artisanale ouverte en 2011 après une campagne de financement collaborative réussie. Brasserie tenue par quelques américains dont la production à Wedding va complètement à l'opposée de l'image véhiculée imposée sans goût/sans classe/bouseux/intolérant des bières américaines de type budwei-esque.

La soirée des contrastes.




30/09/2014

Tour de France session pré automale

Un petit passage en France des plus agréables et extrêmement bien rempli. La liste des étapes ville par ville dans lesquelles je me suis arrêté entre 4 min et 4 jours: Berlin Brême Béziers Pézenas Bédarieux Narbonne Bousquet-de-la-Balme Montpellier Marseille Paris Aschères-le-Marché Bazoches-les-Gallerandes Outarville Paris Berlin. Je vous épargne le nom des rues de Marseille et de Paris sinon on y serai encore.

Je me suis baigné dans une eau verte au bord des montagnes de l'Espinousse et autre mont Caroux, mais aussi dans une eau salé à la plage des Catalans. J'ai pris le bus, le train, le métro, le RER, l'avion, le tramway, le velib, la voiture, mes pieds. J'ai bu des vins exquis, vive la France, mangé des mets délicieux: deux fois du sanglier en trois jours, un petit lapinou sauce au vin, de la joue de porc et je ne vous parle pas des fromages... Je suis parti en voyage dans mon voyage, quittant un Paris compact et d'une densité rare avec ma maman pour le haut plateau du Loiret qui au niveau densité de tout se situe à l'opposé de la capitale.

Je suis passé 5 fois à la banque pendant une soirée poker, surtout pour emprunter, peu pour épargner. J'ai couru, pour la première fois avec un chien de berger, une fois seul et une fois avec l'homme qu'on appelle le kenyan blanc. J'ai parlé avec des amis, la famille du plus jeune à la presque plus âgée. J'ai vu des nouvelles têtes, parlé boulot, arpenté les sous-sols du Louvre, de la BnF. Je suis même allé au théâtre! Et j'ai du oublié un ou deux trucs.

Et là je suis content d'être rentré dans notre maison berlinoise.

24/09/2014

La fabrique des souvenirs

Une journée dans le Loiret avec ma maman.

Un retour dans la maison de mes grand-parents. Maison peu habitée car la dernière habitante réside maintenant en maison de retraite dans un village voisin Outarville. Premier retour depuis au moins deux ans dans cette maison où j'ai passé beaucoup de vacances. Y retourner parait naturel mais quelque chose manque, les gens. Les murs, les meubles, l'odeur est la même, le jardin en mode semi amazonien me rappelle que seuls de animaux de petites tailles occupent les lieux. On s'attend à voir des gens apparaître, des portes qui claquent, à entendre des voix appelant à venir à table, mais non.

Le grenier, des boîtes et un tri à faire. Etant parti de France depuis plus de dix ans les cartons regorgent de livres, vêtements, photos, cours, câbles en tout genre, mini-disc Sharp qui fonctionne encore. En quelques heures un tri sélectif et affectif est fait - il faut que j'arrête de garder les enveloppes vides à un moment.

On change de village, déjeuner au soleil chez ma grande tante, dans son jardin, salade tomates et concombres avec quelques échalotes émincées, suivi d'un lapin sauce au vin, j'en mange la moitié - le lapin du Loiret est bon - et d'une tarte au pomme importée et confectionnée à Paris. Un café et nous partons.

La maison de retraite, un univers où personne n'est préparé. Des vieux partout, très vieux. la première fois j'avais un peu eu l'impression de me retrouver dans un épisode d'Akira entouré d'enfant vieux cette fois ci sans pouvoir. Je m'y suis habitué et encore je n'y vais qu'une ou deux fois par an.

Pour la première fois ma grand-mère ne m'a pas reconnu immédiatement, il a fallu que la machine se dérouille un peu et beaucoup répéter, de ce côté là rien ne change. L'expérience est troublante même si prévisible. Quelques tours dans le village, une mini pause au soleil et nous rentrons.

Nous repassons dans la maison de famille pour finir de trier. On revoit des photos et pour beaucoup des images que j'ai déjà vu plein de fois - des images de mon grand-père, de famille - et cette fois certaines personnes ne sont présentes qu'en photo. Revoir des images dans la même pièce où elles sont d'habitude rangées, sans les commentaires en direct des "modèles" mais uniquement le souvenir de leurs commentaires est nouveau. L'histoire n'est plus racontée par les acteurs eux-mêmes, elle est transmise, une autre génération a pris le relais et en est la voix off. Un nouveau repère dans l'histoire familiale.

21/09/2014

Back in August and the Berlin art scene

Publication of this long article together with Yamina and Natalia entitled A journey through the Berlin art scene after our collaboration on this blog project ein monat 31 portraits to follow the project space festival called Project Space Festival.

Read it to learn about the Berlin art scene and share it if you like it.

10/08/2014

Writing about curators and art spaces in Berlin

The job offers for a color and imaging scientist in Berlin are thin on the ground these days, but side projects are not missing. Taking for excuse the new art festival Project Space Festival Berlin, festival having one event per day and each day a new place.

I joined since the beginning of August two friends to write daily a portrait of the different curators and/or leaders or co-leader of this event. Posts can be read here Ein Monat 31 Portraits and there Site Specific Ideas. These portraits, faces of the city Berlin is a project initiated by Natalia Irina Roman.

Visit de websites, read the posts and share if you like.

08/08/2014

Moment Lynchien


Assuming you are familiar with the work of David Lynch, I need to share my experience during the eighth day of the Project Space Festival Berlin. Event that day organised by the Kleine Humboldt Gallery and taking place in the Agricultural Institute of Humboldt University building nearby the Naturkunde Museum.

In one hour only, the guided tour did make us travel in space, in time and in imagination. A feeling of getting successively into boxes bigger than the previous one. Walking into abandoned class room, dust on the furnitures, stained glassed to replace the window, video installation where you need to seat as you were following a lecture, old map of the subway Berlin on the wall left over from the previous inhabitants of the space, never knowing if you are watching or being part of an art installation and if a ghost will come and say hello.

Pretty hypnotic.

Some pictures here Flickr album.

Kleine Humboldt Galerie for Ein Monat 31 Portraits

My post for the 8th day of the Project Space Festival is about the people behind the kleine Humboldt Galerie place.

The blog Ein Monat 31 Portraits is a project from Natalia Irina Roman.

07/08/2014

Project Space Festival Berlin


Almost a month away from Berlin at the beginning of the summer, now back in town for a week, but the journey did not stop.

I joined two friends (Natalia and Yamina also spotters from the city blog SpottedByLocals Berlin and Brussels) in another blog project Ein Monat 31 Portraits to talk about a festival, the Project Space Festival Berlin.

It is the first edition of this festival, originality is the following: one event each day in a new location each day all along August. Yesterday was the sixth day and the program brought us to Kreuzberg at the Kinderhook and Caracas art gallery.

17/07/2014

Berlin express

Béziers Marseille en ter avec de la place, tout baigne.

Marseille Nice en ter avec plus une place, tout baigne, dans la sueur, la ventilation ne fonctionne plus. Après deux heures les contrôleurs daignent ouvrir les fenêtres, c'est trop aimable.

A Nice je saute dans la navette de justesse. J'attrape mon avion.

Vol Easyjet sans encombres. Ma voisine teutonne me parle tout le long du trajet, en allemand. Première conversation dans la langue de Goethe depuis un mois, ça marche encore! Joie.

S-Bahn en travaux en arrivant à Berlin. Mais chaleur d'été sympathique, très content de rentrer à la maison.

16/07/2014

Première baignade à la bergerie

Repos et lecture à l'ombre de la bergerie.

Il y a quelques semaines nous avions enlevé la protection hivernale de la piscine. Depuis des tonnes de produits nettoyant y ont été déversés. On peut maintenant y faire  trempette.

En récompense de cette première baignade c'est champagne pour tout le monde, sauf pour le chien qui lui reste sobre.

Sommeil. Demain je retourne à Berlin.

Avignon, deuxième jour

On retourne à l'échec d'hier soir, l'espace cirque étant alors en mode repos.

Un premier spectacle de qualité sous un chapiteau. Une femme, deux hommes, la compagnie Psirc.

Une salade, un café et un autre chapiteau. Une climatisation cassée, deux hommes, des briques de bois, des numéros d'équilibristes. Pas mal avec une chute tout en cascade.

Nous retournons dans l'enceinte d'Avignon, vers la rue de Teinturiers pour un Roméo et Juliette en version glam-rock, que des hommes sur scène.

Deux jours, quatre spectacles, un bon bilan.

Il 22h passée et nous rentrons. Aux platines nous sommes bercés aux doux sons de fun radio et le Move, au moins ça maintient éveillé.

Plus on se rapproche de notre but plus les routes sont petites et sinueuses. Le lac du Salagou, la nuit noire et étoilée, la lune qui se reflète sur l'eau, le calme, l'instant norvégien.

14/07/2014

Armée, Architecture et art du vivant

10:12 fête nationale oblige les militaires défilent en rangs serrés sur les Champs Elysées. Notre président a des nouvelles lunettes et il semblerait que nous avons un régiment de soldat hipster et boucher. Ambiance.

Nous filons avec ma douce vers Avignon et son festival, non sans faire une pause pique-nique sous le Pont du Gard. C'est joli mais hors de prix.

15h15 dans les rue d'Avignon, ambiance festival, les saltimbanques sont de sortie, le sosie officiel de Ryan Gosling  fait des acrobaties sur un mas chinois, les breakers break, les farfadets farfadent.

19h15  dans la queue pour l'Odyssée en version comédia del arte. Un début moyen et rythme plus emballant à mesure qu'Ulysse retrouve son chemin.

13/07/2014

Futebol finalement

Nous restons au camp de base du Bousquet aujourd'hui. Petite randonnée autour du village en famille, descendre vers la rivière et remonter vers la falaise.

Et finalement un match entier de la coupe du monde, un match long, très long, trop long?

12/07/2014

Plus de vent

Les 13h de sommeil de la nuit dernière m'ont requinquées.

Aujourd'hui c'est l'Escandorgue, les hauteurs, la vue sur les montagnes à l'horizon, seules les vaches comme voisins. Bbq un peu tendu mais toujours bon et quelques promenades avec le chien dans les champs.

10/07/2014

10000km plus loin

5h15  et des poussières, bienvenu à Charles de Gaulle. Il est tôt, j'ai presque cinq à attendre avant d'embarquer pour mon train direction le sud encore une fois, mais moins loin, Montpellier.

Un café hors de prix chez starbucks, un lecture de L'équipe toujours aussi peu intéressante, un autre journal et je descends vers la gare.

10h30  mon train part à l'heure mais parvient à se mettre en retard, faisant craindre à tous les passager de rater leur correspondance à Massy. Heureusement le train suivant lui est super en retard, on a tous couru comme des dératés pour rien. Joie.

16h32 je suis en terre héraultaise. Le ciel bleu est apparu après Nîmes, la chance. Il fait re-chaud.  Je traverse Montpellier en tramway, terminus la Mosson. Les filles sont jolies et leur cheveux volent au vent. J'attends mon bus au soleil.

19h50 un avant dernier trajet plus tard au prix défiant tout concurrence de 1,6€ j'arrive à Bédarieux. Pas d'opération ville morte mais après 20h tout le monde dort, c'est calme Le bus continue sa route, je suis seul sur le parking et ma douce arrive en megan safari me chercher pour les derniers km. Joie, la vraie.

La fatigue s'installe doucement.


09/07/2014

Partir...

... pour mieux revenir.

Valises fermées, dans ma twingo, direction le Colibri. Mon premier repas pour ce séjour venait du Colibri, le dernier aussi, la boucle est bouclée. Avant de quitter la Montagne je prends un dernier café et regarde les chats se mettre des tartes au soleil.

Je déjeune au bord de l'eau et arrive bien trop tôt à l'aéroport. J'en profite pour dire bonjour aux gendarmes rencontrés quelques jours avant dans la montée au Piton des Neiges.

Passe le contrôle de sécurité bien décidé à acheter plein de ruhm. Mais non. Mon vol retour passe par Maurice et la vendeuse me déconseille fortement d'acheter des bouteilles m'expliquant que les douanes de Maurice se feront un plaisir de me confisquer mes achats non mauriciens. Préférence nationale sans frontière.

Un petit saut au dessus de l'océan et j'atterris à Maurice avant de redécoller pour Paris. La population dans l'aéroport est beaucoup plus internationale - on n'y parle pas que français. Il est 20h30.

08/07/2014

Ça sent la fin

Encore quelques heures à la Réunion. J'en profite pour faire un dernier petit tour au restaurant avec mon hôte de qualité.

Puis je continue par une petite déambulation dans St-Denis, je pars de la rue du Maréchal Leclerc et la descend presque complètement. Je fais quelques haltes, quelques photos et quelques emplettes. Ce n'est pas très grand.

De retour à la Montagne, petite session piscine - et je le rappelle c'est l'hiver austral ici et personne ne se baigne - et je finis HP3 en séchant.

Faire sa valise.

07/07/2014

Des fougères pour finir

Dernière randonnée du séjour. J'opte pour un autre piton, le Piton Fougère. Le départ n'est pas très loin de St-Denis, dans les hauteurs. Une fois passé l'aéroport, en gros, tournez à droite et montez à travers les cultures de canne à sucre jusqu'à la lisière de la forêt.

La suite c'est une petite ballade de 4h30 à la vietnamienne - comprendre dans la forêt boueuse et humide mais sans serpents - à slalomer entre les troncs contorsionnés autour du chemin. Ça monte légèrement et arrive directement sur le bord du cirque de Salazie. De là très belle vue sur ce cirque avec au loin où j'étais la semaine dernière au dessus de Hell-Bourg.

En rentrant je trouve même de la vanille, enfin j'ai acheté quelques gousses.

06/07/2014

Feu d'artifice dans ma bouche

Mêmes joueurs, même île, même jeu: déjeuner du midi à la Montagne avec des gens de qualité et un biryani au menu. J'ai du me servir quatre fois, je n'ai plus de bide mais je suis heureux. Tout ça accompagné de vin délicieux.

Nous réussissons à quitter la table, autant vous dire que le reste de l'après-midi a été assez calme. Après-midi que j'ai passé à bouquiner autour des chats.

05/07/2014

Samedi sport et socialidade

Comme tout bon samedi il y a une session sport pour débuter la journée. Ça se passe chez aquabob.

Puis on continue par une session de glandouille sévère, à base de sieste, lecture et café à regarder les chats.

Et enfin ça se conclue par une sortie à St-Gilles avec la paire Fanny & Emilie. Cette fois-ci je suis venu avec mes hôtes. Une très bonne soirée.

04/07/2014

Le Grand Raid - le jour d'après

Un vendredi sans marche, heureusement car je n'ai plus de jambe.

Je passe la journée sur la canapé des chats sous le patio. Le livre de HP2 dans une main et la raquette électrique anti-moustique dans l'autre.

Le soir dégustation d'une bonne bouteille. On a vaguement prévu de regarder la demi-finale du jour, mais décalage horaire oblige ça ne commence pas avant minuit. Comme prévu nous rendons les armes bien avant le match.

03/07/2014

Le grand raid - jour 4 - Cialos au Col des Boeufs

6:50 c'est fou comme on se lève tôt quand on est mode randonnée. En plus on est content. C'est vraiment n'importe quoi. Je me lève si tôt que j'ai le temps de passer à la bonne boulangerie du coin avant prendre mon bus direction Ilet à je sais plus quoi. Un quart de bus plus tard je suis au pieds de ma première montée du jour, 1000m  d’ascension vers le col du Taibit.

10:20 je suis au col, entre le Grand Bénare et le Piton des Neiges. 750m plus bas il y a Marla et normalement ma dernière étape. hmm j'envois un sms à Pedro, ma décision est prise, je rentre ce soir à la Montagne. J'ai déjà fait Marla au Col des Boeufs dans l'autre sens, rien d'insurmontable.

La montée vers le col du Taibit était en fait très facile, par contre la descente vers Marla est un peu glissante, prudence. Je croise quelques marcheurs qui retournent vers Cilaos.

Je traverse Marla, file vers le Col des Boeufs, marche sur un pont suspendu et grimpe presque un chemin abrupte pour arriver dans la forêt des Tamarins. Forêt toujours aussi magique. Une pause à la lisière, une pomme, et ça repart. Le chemin en rondin de bois est joli mais inconfortable.

Et hop je suis au col. Derrière moi le cirque de Mafate, Marla et le col du Taibit. Devant moi le cirque de Salazie, cette fois ci sans nuages et le pain de sucre au loin juste avant la mer, ambiance brésilienne. On est à plus de 2000m et on aperçoit les ombres des nuages sur la mer. La descente en voiture peut débuter. Je repasse à Bélier d'où j'étais parti lundi matin. Dans la voiture c'est radio Salazie qui tourne.

17:20 la Montagne, la douche, la piscine, les chats et le St-Bernard avec les amis. Le carry dorade est là, le punch aussi, le vin et rhum arrangé également sans oublier les ananas flambés.

Jambes lourdes, estomac rempli, la fatigue et plein d'idée de rando dans la tête. Sommeil.

02/07/2014

Le grand raid - jour 3 - Piton des neiges à Cilaos

4:04 la nuit fut courte et horrible. Des ronfleurs et j'ai mal partout. C'est probablement le pire gite de montagne de la terre où le concept même d'isolation était apparemment inconnu du propriétaire.

Bref comme tout le monde dort mal, tout le monde se réveille en même temps. Et maintenant qu'on est tous debout, la montée à frontale peut débuter. J'attends quelques marcheurs puis démarre.

6:20 j'arrive dans le peloton de tête - il y a toujours une course - au sommet. Il fait encore nuit et surtout il fait super froid. Je ne suis pas mécontent de m'être trimbalé mes deux blousons, pantalon coupe-vent, bonnet et gants. Les petits abris faits de tas de pierre sont les bienvenus.

Ambiance lunaire au sommet, plus de 3000m d'altitude, vue panoramique sur toute l'île. C'est pas mal mais pas aussi impressionnant que le Grand Bénare quelques jours avant et aussi à la frontale.

Retour au gîte, un café et on continue la descente vers Cilaos. Le chemin quitte le bord du cirque et plonge littéralement le long de la falaise. Tout ça dans les nuages, pas de hobbits à l'horizon. Une fois dans cirque de Cilaos et à Cilaos le soleil est revenu.

13:01 trop tôt encore pour mon gite je fais une pause boucané pour le déjeuné. Assis en terrasse je pose mes notes dans mon carnet, écris mes cartes postales tout en admirant le ballet des voitures de tuning, oui c'est ça aussi la Réunion.

16:00 j'ai trouvé mon gîte, il est top. Le lit est bien, les douches sont biens, tout est bien! Et je passe une soirée sympathique avec un marcheur rencontré la veille. Et comme il y a trois ans, un autre marcheur solitaire, cette fois-ci un prof d'histoire-géo qui traversait une partie de l'île pour aller retrouver femme et enfants deux jours plus tard.

21:00 il faut dormir.

01/07/2014

Le grand raid - jour 2 - Hell-Bourg au refuge du Piton

7:02 petit déjeuner vraiment quelconque au gîte, petite discussion avec le couple de Belge en voyage de noce à La Réunion. Ils font le même chemin que moi, mais dans le sens opposé.

Dehors il fait beau, les nuages sont absents. Joie.

Les hostilités commencent avec un bon 500m de dénivelés le long d'un mur pour rejoindre le gîte du Belluve. Mais facile, le chemin est bien. En haut j'ai une superbe vue sur tout le cirque de Salazie, au loin je vois le Col des Boeufs où j'étais hier matin.

Le chemin continue dans la forêt aux arbres fougères. De toute beauté! Puis le chemin se rapproche du bord du cirque mais toujours dans la forêt, en gros vous ne voyez pas le vide à deux mètres sur votre droite... Pendant le long tronçon qui mène vers le Cap des Anglais je vois le temps se dégrader ainsi que le chemin. je suis quasiment dans les nuages mais la végétation fait office de mur anti-vent et anti-pluie, ça ne durera pas.

Le soleil est parti. Les arbres sont plus petits, l'altitude tout ça, et il re-pleut. A un moment je croise une équipe d'ouvrier qui bosse sur le chemin, toujours sympa de marcher sans regarder où l'on met ses pieds.

Ambiance islandaise - comprendre le plus grand des arbres m'arrive aux genoux - ou "à la Lord of the Ring" - comprendre je m'attends à prendre un orque sur la tête - avec le vent, la pluie, les nuages et soudain le refuge qui se dévoile devant moi au détour d'une bourrasque. Joie!

14:04 j'ai bien marché 6h quasiment sans pause, encore une fois s'arrêter sous la pluie c'est moyen. Au gîte les gens arrivent doucement et chacun va directement se coucher en attendant le repas. Je suis le seul à venir de Hell-Bourg, la plupart des gens arrivent de Cilaos et ne montent que vous aller au Piton des neiges.

15:05 je suis dans mon duvet, j'ai froid, impossible de faire sécher mes affaires, j'hallucine un peu et me dis que demain je redescends direct et pas de montée au sommet du Piton.

18:30 un bon rougaille saucisse, rien d'autre, le gîte est très cheap, mais à volonté quand même le rougaille. Je me pète le bide à la régulière.

Ensuite petit tarot et au lit vers 20h40.

30/06/2014

Le grand raid - jour 1

6:10 il est tôt pour un lundi mais j'ai un bus à attraper pour 8:05 au Col des Boeufs où je laisserai ma voiture le temps de ma randonnée. Il pleut, plus je m'éloigne de St-Denis vers le sud et plus il pleut et moins je vois. La bifurcation vers le cirque de Salazie arrive, je quitte la voie rapide et me voilà parti pour des petites routes.

J'arrive de justesse au parking, le temps de bloquer le bus pour redescendre sur le Bélier. Il pleut moins mais c'est encore très humide.

8.15 c'est le vrai départ, mon départ, l'objectif est de revenir à la voiture en suivant le GR1 en passant par tous les cirques et monter au sommet de La Réunion à un moment. Retour prévu ce vendredi, 5 jours plus tard.

Le chemin qui me mène à Hell-Bourg est une sympathique mise en jambe, dans la forêt, entre des cultures et le gouttes d'eau, alternant le semi plat et les bon dénivelés. Dans les temps j'arrive à destination, j'ai fait quelques pauses, mais sous la pluie c'était moins drôle.

13:12 c'est l'heure du carry de camarons, le restaurant est quasiment plein, un couple d'allemand à côté, des locaux plus loin et une part de gateau à la patate pour finir.

Je trouve mon gîte. On est pas nombreux, quatre personnes et chacun son dortoir. Je cris victoire trop vite en entrant dans la salle commune, en effet l'écran de tv n'est que décoratif, pas de coupe du monde ce soir...

17:03 je ressort du gîte et paye ma visite dans un magasin de souvenir. Et un t-shirt La Réunion, un! Je viens de me rendre compte que j'ai oublié de prendre un t-shirt sec pour l'après randonnée.

La nuit arrivée les nuages sont partis, les étoiles sont visibles et des bouts de la ligne du cirque au dessus de Hell-Bourg aussi.

29/06/2014

Gastronomie sans frontières

C'est dimanche, c'est sport, c'est salle de gym avec l'ami Pedro. Mais ce n'est pas tout, c'est aussi gastronomie et boeufs bourguignon à la brésilienne c'est à dire en grande partie préparé par un brésilien. En effets mes hôtes ont décidé de s'exploser le bide, mais pas seul, avec classe, avec des amis et du bon vin. Mission réussie. Je quitte difficilement la table, je ne suis pas le seul dans ce cas là non plus. Je rassemble mes dernières forces pour aller préparer mon sac à dos. En effet, demain, je pars dans la cambrousse, le GR1 m'attends.

28/06/2014

Retrouvailles normandes

Un second samedi à La Réunion et j'ai l'impression d'y habiter depuis longtemps déjà. Retour à salle de gym qui est quasiment en plein air et qui donne cette petite touche brésilienne au lieu. Il fait chaud malgré l'hiver austral polaire. Le déjeuner est l'occasion de comparer le modèle Vapiano ailleurs qu'à Berlin, ici aussi ca marche et c'est toujours bon. Quelques course plus tard retour á la Montagne. Le soir je file seul vers l'ouest de l'île, direction la Saline-les-Hauts pour des retrouvailles normandes. Soirée très sympathiques en compagnie de la paire Fanny & Emilie, d'hommes en cuisine et d'enfants affamés gobant bouchon sur bouchon. Des gens biens, des mets délicieux, que demander de plus?

27/06/2014

Road trip dans le sud de l'île

Parti encore plus tôt hier, je vais de l'autre côté de l'île. Côté assez flippant des îles de taille moyenne, on en fait le tour rapidement, l'horizon en devient la cage et nous des animaux tournant en rond cherchant un moyen de s'en échapper.

Saint-Pierre donc, le plan en poche, j'entre dans la ville un peu avant midi. Différente de Saint-Denis, assez bordélique et avec une petite touche cap-verdienne. Le marché couvert est sans intérêt, mais la place d'où partent les bus est vivante. Trois ou quatre denrées réunionnaises au fromage et porc dans l'estomac je descends doucement vers la marina.

Dans ma liste du jour la visite prévue du TAAF ou Terres Australes et Antarctiques Francaises. J'ai donc cherché du boulot à Saint-Pierre. Merci ceci est ma tournée d'adieu au monde du stand-up. Ok c'est pas terrible mais si vous écoutiez Rire&Chanson plus régulièrement vos standards auraient aussi pas mal baissé. Revenons au TAAF. Belle petite exposition des différentes missions, porte ouverte vers l'immensité de l'océan voisin. Un dépaysement dans le dépaysement de la Réunion.

Le deuxième arrêt programmé est pour la visite d'un des cimetières de la ville où réside un brigand au doux nom de Sitarane.  Il est presque 13h quand je pénètre dans le cimetière, le soleil est au zénith et tape sévère. Quelques personnes s'activent pour arroser les plantes sur différentes tombes. Les touches de couleurs sur les tombes grises et les noms tantôt chinois, hindous, malgaches, français de métropole rappellent la mixité de l'île. Je demande la tombe du brigand à un jardinier et me dirige vers elle - l'équipe à l'office du tourisme m'a bien rappelé qu'à Saint-Pierre c'est un brigand et que pour une tombe de pirate c'est à Saint-Paul qu'il faut aller. La tombe ainsi que deux autres autour sont peintes en couleur rouge sang. Des fleurs, des bouteilles de rhums et autres offrandes sont là. Je ne suis pas seul, un homme finit de nettoyer la tombe après avoir fait brûler quelques bougies. Il faut absolument que je revienne la nuit me dis-je!

Le road trip continue, direction les hauteurs et la plaine des Makes pour l'observatoire astronomiques des Makes. J'arrive trop tard, c'est fermé. Mais il faudra y penser la prochaine fois et revenir la nuit. La descente vers la côte est beaucoup plus simple que la montée vers l'observatoire où j'ai réussi à me planter de chemin plus d'une fois. Dans chaque virage une petite chapelle, souvent peinte en rouge, toujours très fleuries et désertes. Il doit se passer des choses la nuit.

La voiture, la voie rapide, le long de la côte, longer la falaise et Saint-Denis. Petite pause au Roland Garros en terrasse avec un canard et un demi avant de retourner à la Montagne.

26/06/2014

Road trip dans l'ouest

Une lessive d'impose, ça occupe le temps de démarrer la machine, attendre en buvant son café assis sur le rebord de l'avancée couverte et regarder les chats jouer au chat et à la souris.

Prêt je saute dans ma voiture, façon de parler, direction le musée Villèle vers Saint-Gilles-Les-Hauts. J'ai encore oublié que tout est fermé entre midi et deux en arrivant la porte du musée.Ce sera donc la pause cari camaron en lisant la presse locale.

Visite du musée installée dans une ancienne propriété agricole, probablement la plus emblématique du passé esclavagiste de l'île.

Je rentre par Saint-Gilles et de là longe la côte en passant par Boucan Canot jusqu'à Saint Paul. Tout ça en s'arrêtant qu'au Cap Lahoussaye, prendre une photo et rentrer.

Il est à peine 16h mais la nuit tombe vite, les chauve-souris aussi, faut pas traîner.

25/06/2014

Le Grand Bénare à la frontale

3:15 et aussi au café devrais-je dire. Il est tôt et mon chauffeur et guide est arrivé avec une grosse tasse de café au lait pour la route. Ca démarre bien.

On descend de la montagne, évite St-Denis, longe la falaise, on n'est pas nombreux sur la route. On passe la Possession. Je lutte pour ne pas m'endormir. On bifurque vers la gauche, c'est à dire que vers la droite c'est direction la mer donc...

La route monte, tourne, il fait nuit noire.

4:33 voiture garée, lampe frontale sur le front de chacun. Ambiance "à la rencontre du troisième type". On commence la marche. Arrivée dans 2h30 si on est bon.

5:23 les marques blanches peintes au sol se succèdent et il est conseillé de ne pas s'en éloigner trop sous peine de descente rapide.

Il fait toujours noir. Le chemin va plein EST en longeant le cirque de Mafate. On aperçoit parfois un point lumineux plus bas mais tout reste très sombre.

Des lignes de crêtes se dessinent, le contour d'une masse énorme apparaît doucement au centre de l'île, légèrement sur la gauche de notre destination, c'est le Piton des Neiges.

Impression d'assister à un théâtre d'ombre avec le Piton des Neiges qui occupe tout l'espace et qui paraît si proche. Pourtant plus on marche moins on s'en rapproche. Je pense sorcellerie, magie noire, je suis ailleurs.

6:13 des ténèbres on est passé à une petite lueur colorée arrivant plein OUEST (rien de nouveau ici...) qui fait re-sortir les lignes du cirque et du Piton. Derrière nous la mer et l'ombre du Piton qui s'y reflète. Assez classe.

7:01 nous sommes au Grand Bénare, 2800m quand même, la seconde veste fait plaisir. Devant nous le centre de la Réunion, sous nos pieds le cirque Mafate, le col du Taibit et le cirque de Cilaos que nous surplombons. Ca vente un peu mais c'est acceptable. Les lampes frontales sont rangées, en peu de temps le soleil a pris en charge l'éclairage.

Retour vers le Maido en longeant le cirque de jour cette fois. Premiers marcheurs croisés vers 8h30. La vue est pas mal avec l'ouverture du cirque de Mafate vers la mer au loin, le chemin des Orangers (si je dis pas de bêtises) à flanc de falaise. Effectivement il fallait mieux suivre les marques aux sols à l'aller.

Une très belle randonnée, de nuit du moins avec un levé de ouf malade du soleil sur l'île.

12:15 mon chauffeur et guide m'a re-déposé chez mes hôtes. Je suis claqué. A peine allongé sur le canap qu'un chat saute sur l'occasion de sauter sur moi.

24/06/2014

Entrainement

Mon programme de marche se précise, j'ai en poche le livre des GR de La Réunion et il ne me reste plus qu'à m'organiser et me chauffer un peu les jambes pour me remettre aux dénivelés.

Avant de partir dans la nature sauvage je monte au dessus de St-Denis vers Roche Ecrite, gare ma voiture après le Brûlé et pars courir dans la forêt. C'est aussi nuageux que la dernière fois mais la forêt toujours aussi intéressante. Je trouve une autre cascade, à sec elle aussi. Un truc de saison probablement.

La nuit tombée et confortablement installé chez mes hôtes - c'est à dire avec au minimum un chat sur les genoux et il y a l'embarras du chat oh dit donc elle est drôle celle la - je prends rendez-vous avec un ami des amis pour aller marcher demain. Ce sera le Grand Bénare, à la frontale, donc départ tôt.

Un épidose de True Detective et au lit. Il est 22h passé et je me lève à 2h56.

23/06/2014

Chute d'eau et phare

Petite déception pour la cascade Niagara, elle n'est réduite qu'à un petit filet d'eau, certes d'une trentaine de mètre, mais filet quand même. Mais chemin presque caché pour y accéder, les cannes à sucre sont tellement grande qu'elles recouvraient quasiment la route la transformant en mini-tunnel.

La vanilleraie ce sera pour une autre fois, mais le phare, le premie phare de la Réunion c'était pour aujourd'hui. La traversée de Sainte-Suzanne pour y accéder et même dépaysement que lors de ma traversée de Saint-Benoit d'y il a trois ans. Vous quittez la capitale et à une échelle différente du Cap-Vert - je n'ai encore vu personne griller un cochon sur le sol en pleine rue - le vrai rythme local reprend sa place.

22/06/2014

Marche à l'ombre

A mon arrivée quelques jours plus tôt il était question de marche à la frontale pour ce dimanche matin. La soirée d'hier en a décidé autrement et la randonnée s'est transformée en road trip dominical vers l'ouest.

Tous en voiture et direction un sympathique restaurant proche de l'eau. Ambiance famille et locale mais surtout thon mi-cuit à volonté.

Le bide bien rempli nous nous replions sur la plage à quelques mètres, mais restons sous les arbres à la recherche de zones ombragées. Pas même un doigt dans le lagon, le vent souffle trop et les vagues font presque le saut au dessus de la barrière de corail.

Plus tard je me replonge dans les cartes pour préparer mes futures expéditions: grand Bénare, chemin des anglais, chemin des scouts, piton des Neiges, Cilaos... il va falloir faire des choix.

21/06/2014

Fête de la musique à Saint-Denis de la Réunion

Un samedi sur terre, de surcroît un 21 juin dans un pays civilisé, il y a de grande chance pour que la fête de la musique batte son plein et que vos oreilles souffrent. Cette fois ci c'est à Saint-Denis que ça se passe et rien de déroge à la règle habituelle: fête de la musique = faites du bruit  = fête du bruit.

Des scènes un peu partout, des ingénieurs du son dépassés, du larsen, des mélanges de son improbable, des mélanges d'alcool improbable, des courts moments de gloire pour certains et une température australe hivernale très supportable.

Mais avant tout ça il y a eu un passage au Jardin d’État et ses aires de jeux, un petit poisson grillé à l'abris des quelques gouttes suivi d'une petite session sport.

On reprend les bases réunionnaise doucement mais sûrement.

20/06/2014

Des chats partout

De retour à la Réunion après trois ans. Voyage sans histoire. Des embouteillages comme à Paris la veille pour quitter l'aéroport. Rejoindre la Montagne, dire bonjour aux chats, manger un premier rougaille boudin noir et s'écrouler pour une petite sieste.

Au réveil ma famille d'accueil est au complet. Toujours un plaisir de revoir les amis.

Comme au Cap Vert la nuit tombe d'un seul coup, il fait jour et bammmm il fait nuit. 

28/05/2014

Graphs en stock

Several meetings on Meetup and now one day of workshop on graph database organized by people behind Neo4j (check here neo4j). Answers bring new questions, what can I do with this approach? Using cypher you can ask your database in an almost "natural language way" and find information in your database. A nice feature presented here http://gist.neo4j.org/ allows you to run live query on the web and render graphs, several examples are presented.

Now for me the question is what do I do with that? Looking at my thesis references I could explore where I found relevant information (even so I kind of know the main source of information) or in which direction I could go. It is very close to study a social network, you are looking at the connections between authors and topic of research.

Regarding this blog, each post is a node and the nodes are sharing common features (keywords and dates) that can be used to navigate through the "database of stories". Here I would have to build my database (and being able to update it as the blog is evolving at each new entree) and to manage to create a nice visualization (a graph) that could be displayed for each post (to show how it it related to the others) or to give the possibility to look for all posts sharing similar keywords (and create new path into the database).

Regarding color science and metamerism, it could be interesting illustrate this matter for a database of spectrum (knowing that different surfaces with specific spectral properties can perceived identical under a common illuminant).

To me it is a lost about visualization and d3js is knocking on the door.

23/05/2014

Another conference in Berlin about Culture and Informatic

A rather chaotic conference with a nice location, location being a room in the Bode museum in Berlin. Second edition for me and I still struggle to understand how this one works. I found each session too short regarding the number of presentation per session (without talking about the people reading their presentation) and the keynotes being too numerous in comparison.

But despite my negative first impression I found some interesting facts and problematic. One of them is the great diversity within museums depending of their location, be it in a province of China or in Namibia. The matter of getting visitors, making them to come and visit is extremely different.  Having something to present to the public is not enough depending of the geographical location together with the social environment.

Always cool to talk with people following a complete different path as yours. I started my journey in Paris, went to Montreal, back to Paris, Oslo and now Berlin and here I had very interesting conversation with Indian and African people, for one traveling East to West in the South hemisphere and the other North to South crossing several time the hemisphere. Complete different languages and geographical references, but we found ourselves on work topic and way of living, three different continents and none of us working and living in our country of origin for at least 10 years.

16/05/2014

Archiving conference 2014 in Berlin

This week I had the pleasure to attend the Archiving conference (AC) 2014 in Berlin. The event was hosted at the kino Arsenal in Potsdamer Platz in one of the cinema room with extremely comfortable red seats. This conference belongs to a group of conferences run by the Society for Imaging Science and Technology. I usually attend the Color Imaging Conference (CIC) or the Electronic Imaging conference (EIC), both in the US, so when I saw that the AC was taking place this year in Berlin I jumped at the chance and joined the event.

Comparing to CIC the topics of AC are much more applied and not only dedicated to imaging problems. The variety of represented fields makes this event very interesting. Starting from archiving itself, we can understand it by all problems related to collect documents, from papers, books, audio files, video files, electronic documents for e-government, art collections, website, internet. Once the databases are built you have to think of how to access the documents knowing that the amount of information grows without stopping, having documents digitized do not mean they don't need to be processed anymore (e.g. how to save scanned pages of an old book with its hand-written annotations). In relation to the scanning task, the one day industrial exhibition gives us the possibility to see different book scanners with special features to be able to manipulate fragile documents.

A never ending challenge in this domain is the continuous evolution of technology. If the tasks remain identical - to archive documents whatever they are - the people in charge of these tasks - working in library, museum, archive department - have to save the documents and keep alive the technology to actually store these documents. Archives being public they have to be accessible to the public. This also asks the question of the founding, the responsible people have to continuously argue with politicians to keep their founding at a reasonable level.

To be give a very simple image, in the past all documents were saved on solid media (ie stone, paper, film...), something physical with a long life duration. Then the time is speeding up, we accumulate more and more information, we need more space to archive it and we need to reduce the physical size of the archiving media. Data centers full of servers are available but the life duration they proposed is not as long as the physical media: you enter the configuration where these centers are continuously copying and migrating information from server to server to be faster than the archiving media life, therefore our global archives are always moving: a global power outage could mean the end of our archives.

Archiving film documents
An important parameter is the constant evolution of technology. This is something the movie industry is facing also continuously. In a way the challenges of restoring and archiving very old film material are very similar to those faced by during a movie production when different sources (ie contents from different cameras, different softwares) have to be combined: there are different workflow that need to be merged in order to produce the final document/film. There are discussions that propose to use the DCP film distribution format to store new films and old films. One advantage it is understood by many people but it brings the matter of DRM in the document. One problem is the projection system and the encryption are linked (if I'm correct), what happend when the projectin technology changes? All these aspects were tackled in the opening keynote given by a fellow from Fraunhofer IIS.

Crowd sourcing and database browsing
Crowd sourcing was to me a very interesting topic. It did appear in oral presentations and in posters. I joined together the database browsing because I think these two points are related. The amount of available information - as I mentioned above - is increasing and if you remember big data we have both feet inside. To process the documents the archiving departments have (eg in the conference program from the BNF in Paris, in the Netherland or in Germany) started campaigns where they ask the public to achieve tasks to validate digitization (I'm simplifying the problem here) where the task can't be perform fully automatically without errors. It follows the web 2.0 model where the user is also the one creating the content, except here he is helping/working on archive media which concerns everybody, it's our memory after all.

Graph database was mentioned and I could like to hear more about it. Especially how database query languages are developed to ease the access to the information in those databases. But this also implies to think how to build these databases. Pretty interesting in any cases.

First impressions
To be short there were mostly good. Different people, different backgrounds but similar challenges as archiving, digital preservation, curation are. Multidisciplinary as I like it.






28/04/2014

Szczecin ville fantôme

La ville parait plus active ce lundi matin. Les vendeurs de légumes ont ouvert leur échoppes, il y a quelques personnes dans le rues. Nous trouvons un café, on fait tellement couleur local qu'on nous demande la chemin en polonais.

Gare, train, très beaux paysages de forêt et champs mi organisé mi sauvage, souvenir de déambulation en campagne lithuanienne d'y il y a quelques années. Ce n'est plus l'Allemagne, ni la Scandinavie mais l'Europe de l'Est. La lumière nous rappelle où nous sommes: la sud de la mer baltique, mais les maisons, les arbres et les noms des gares nous renseignent où l'on est vraiment.

Enfin Szczecin et bientôt notre hotel, l'hotel Kapitan. On saute dans un tramway après avoir acheté un carnet de ticket dans un kiosque où la vendeuse nous a bien expliqué comment les poinçonner, en polonais... Des petits bouts de Berlin, des petits bouts de Gdansk, des grandes avenues.

Un arrêt à Manhattan, nom d'un marché couvert. Mêmes prix qu'à Berlin, mais en zloty, donc quatre fois moins cher. Nous repartirons plein de charcuterie, asperges et autres denrées.

Le centre ville, vide. Le chateau des ducs de Poméranie, vide avec un chat. Une bière devant le théâtre et le port puis rendez-vous avec des amis italiens de Paris. Un restaurant sympathiques, d'influence berlinoise nous dira-t-on où le propriétaire, polonais, tape à la discute, en italien, avec nos amis. Une belle soirée.

27/04/2014

Paye ton bunker et ta forêt sur les falaise sablées

Un petit thé et quelques biscuits sous les rayons de soleil rentrant dans notre chambre. Un dimanche matin bien calme, seuls les oiseaux et la sono d'une voiture de temps en temps pour quelques pics sonores, pas une église pour nous réveiller, mais que se passe-t-il, je nous croyais en Pologne.

Plan des environs en poche nous partons en vadrouille. La plage sous le soleil vers Mollo. Remonter sur la terre ferme au centre et continuer jusqu'au parc national.

Prendre le chemin dans la forêt d'hêtres magnifiques, s'éloigner, 400m plus loin nous sommes seuls. A l'ouest se distingue la côte et des bouts d'Allemagne.

Nous nous enfonçons et arrivons au mémorial: des bunkers sous des arbres d'au moins 50 ans. Ca devient une spécialité de nos voyages en Pologne: la visite des lieux stratégiques des dernières guerres mondiales, ambiances.

Pique-nique, auto-stop et vue du point culminant des falaises de sable. Les 5km du retour se feront à pieds. La pause café au bord de l'eau à Mollo,  au début de la promenade vers la mer est méritée! Tous les chemins mènent à Mollo à Międzyzdroje.

Le centre officiel entre le grand hotel, le planétarium, la maison des arts, les loueurs de mini voiture électriques pour enfant histoire de les habituer à être bruyant, l'aquarium pour poissons dépressifs, les vendeurs de pierogis, de gauffres... Ca doit être un beau bordel durant la haute saison.

Le soir nous finirons par trouver un truc ouvert, hors saison, un dimanche, loin d'une grande ville, tout le monde dort après 20h.

26/04/2014

Voir la Pologne mais pas trop loin de Berlin

8:05 départ en train tôt le samedi matin de Berlin Gesundbrunnen, quasiment du bout de notre rue.

11:03 changer à Szczyecin, rater la correspondance pour Międzyzdroje, attendre une demi heure et repartir vers la mer baltique.

12:12 quitter la gare, aller au centre ville de cette cité balnéaire, le centre est au bord la mer.

Descendre sur la place, s'allonger sur le sable, mettre son sac en par-vent, fermer les yeux.

Puis rechercher le camping et notre bungalow. Trouvé!

14:54 poser ses sacs et repartir dans la direction opposée vers la forêt pour aller dire bonjour aux bisons, cerfs et autres sangliers. Et retourner doucement au campement.

Repasser par Mollo départ du ponton vers la mer. Slalomer entre les vendeurs de gaufres. Rentrer dans le bâtiment où se trouve le cinéma (Kapitan Amerikansky au programme), ouvrir la porte du planétarium et partir.

20:02 re-sortir pour diner, plus un chat dans les rues. Tous les ouvriers qui bossaient à peindre, lustrer, poncer, réparer les restaurants du bord de mer sont rentrés. La ville est déserte.

23/04/2014

Same player, level up, +1

Becoming old is a weird thing. Small you want to grow up as fast as you can, to add up the years plus the months in order to update your age day by day. Later it's different, you are in your twenties, your thirties, your forties, you get the point. I don't know if what changes it the perception of time or the feeling that things can't be done easily as before but there is a sadness factor.

Once this tiny depression time is passed it's always a pleasure to get wishes from family and friends. The "Facebook-internet-reminder-kind-of" wishes may seem to be to easy to obtain and to give but they are all important to me. You know that someone did think of you and it makes me travelling. Yes there are no stamps on the messages but you know where your friends are when they wrote to you, the language they use. The different time zones gives you this continuous stream of wishes along your day, pretty cool :-)


09/04/2014

Evening at the British Embassy

18:01 leaving work, aiming for the British embassy near Pariser Platz for the Max Planck Forum and a talk entitled "ALL A QUESTION OF AGE? HOW THE BRAIN AND BEHAVIOURS DEVELOP OVER TIME".

On the way taking a panorama picture in Tiergarten and arriving way to early at destination. At Brandenburg Tor the groups of tourists are well in place catching the last ray of light on the door. For tourists it is mostly group of teenagers in school trip abroad for the first time wandering like zombies. I will come back another time to shoot a spherical panorama of the place.

18:33 I'm exploring the Galeries Lafayette level -1 and searching for the French bookshop. First time in six years in Berlin. I enter the bookshop, the owner welcomed me in French, the walls are filled with "livre de poche", I'm in France. Where is the letter B? Ok still between A and C, found my Bukowsky and two books I haven't read yet.

19:01 still to early and a tiny bit hungry I'm giving a chance to a curry wurst place called Biers under S-Friedrichstraße. It was a mistake but now a souvenir engraved in my memory as the worst curry wurst ever: fatty, not cooked and shitty fries, the place should be closed, the owners put in jail or recycled in plastic bottle.

19:33 I enter the embassy, passed the words set in stone informing us about the former visit of the Queen some years ago, find a place to sit in the round conference room.  The talk starts and the walls around us are sliding to close the space, safe in the British shelter.

A complete different crowd as my last conference in Leipzig last week, more evenly distributed between women and men.

21:11 the talk ends, walls slides again and drinks are served. A sip of red wine and I stop. Evening was definitively not under the sign of good food and good drink but I managed to feed my brain with quality words.

03/04/2014

Vous reprendrez bien un peu de font?

Second time in Leipzig after last December. I continue my exploration of the Augustus Platz. Last time it was the opera this time it's the University. Last time it was for Wagner, this time it is for the Libre Graphic Meeting.

Yesterday was about color management stuffs, hacking camera, controlling your tone separation, playing with images and fighting with color profiles. Today, at least this morning, it is about fonts. Fonts united from all over the world, by that I mean not only Latin font. Everything for creating, using, studying font and typography. Very cool stuffs indeed.

22/03/2014

La traversée de Berlin by night, épisode 2034

18:14 commencer un weekend par un vernissage et les portes ouvertes des studios Glogauair, mais d'abord traverser Berlin de Charlottenburg au croisement de Kreuzberg-Neuköln-Treptow en passant par Tiergarten et Kottbusser Tor toujours aussi bordélique malgré les travaux de la voirie terminée.

Prendre des photos d'un matelas et autres cordes suspendues dans une cage d'escalier sous une pluie de plumes blanches, plus d'image ici site-specific-ideas de l'artiste et de ses précédentes installations.

Qui dit vernissage dit drink, donc bière et la découverte d'une binouze presque à mon nom, ma famille serait fière ou pas. Bière au nom St-Erhard du nom du bled en Germanie. Bonne bière.

20:31 premier burger de saison en extérieur au Heaven Burger, il fait froid - on est assis dehors - mais le burger est bon. La suite ne fera pas au Room 77 car déjà plein. Non à la place nous irons au Fabelhaft qui malgré la fumée est toujours un très bon bar.

00:33 il est temps de rentrer et la dernière traversée de Berlin peut débuter. Repasser par Kotti toujours aussi bordélique, dépasser Oranienstrasse et c'est le calme. Plus personne, pas un chat, j'arrive tranquillement sur la Fischerinsel suivi d'un virage serré à droite par la Schloßplatz et on continue vers Alex.

Le long de la mairie, personne. Puis le bar la Cancun qui crache du rinana dès que les portes s'ouvrent. Dehors quelques fumeurs et un groupe qui rentre, les filles en minijupes qui galèrent avec leurs talons et les hommes en jean chemises à manches courtes, tous identiques, on voit presque l'étiquette encore attachée au vêtement de chacun.

Puis Alexanderplatz, pour une rare fois déserte de marché et autre stands de saucisses, juste quelques bourrés. Pas le temps de checker sur FS je ne fais que passer.

Enfin la "montée" vers Prenzlauerberg avec un petit slalom au début de la Schönhauser Allé entre les piétons. Re le calme. Tous les 500m la même scène, des gens allant vers un bar ou club, un ou une rebelle fumant sa clope seul en t-shirt malgré la douceur de la nuit. Sauf que cette fois je n'ai pas eu ma séquence gothique, la guigne.

1:31 je me rapproche, passe sous la ligne U2 devenue aérienne et bifurque vers Mauerpark. Vélo attaché, gants enlevés, dents brossés, la couette.

08/03/2014

Looking for the buds

Cycling into sunny Berlin this Saturday late afternoon. Going to the a piano concert close by Rathaus Steglitz, but before be sure to get lost in Tiergarten. 


Piano concert, four hands, twin sisters, Asian origin from the US, which we met by Japanese connection from their time in Rostock. German and music are both international languages.

After concert with the musicians and friends in a so called Mexican restaurant in Steglitz. We felt being far far far far away from Berlin, and this jsut 12km from Mitte.


10/02/2014

Retour sur Praia et Villa Citad

Petit déjeuner chez le Suisse de Tarrafal, sur la terrasse, face à la mer et devant la ville qui s'étend. Au loin des surfers dans l'eau et plus près une vache qui vire vers le buffle sauvage avec des oiseaux blancs autour. Encore deux ans et la vue ne sera plus intéressante, déjà que la longue plage de sable fin annoncée par le Petit Futé n'est plus,... Petit Futé Cap-Vert qui a été assez régulier dans la description d'info non vérifiées et souvent folkloriques au sens figuré bien sûr. Mais, car il y a un mais, premier petit déjeuner avec deux sortes de fromage, c'est la fête!

Nos chemins se séparent aussi aujourd'hui, d'un côté des galériens marcheurs et de l'autre d'autres galériens mais moins marcheurs. Retour sur la place centrale. Trouver un aluguère et tourner avec lui une petite heure dans la ville à la recherche de passagers pour Praia. On est dimanche et tout le pays est à la messe ou dort, pas un chat dans les rues.

Début d'après-midi à la capitale, changer d'aluguère pour Villa Citad à 30min du centre de Praia. La vieille ville donc, son monument aux esclaves, sa première, la première route d'Afrique sub-saharienne. On a encore l'impression que les gens viennent d'arriver sur cette île.

Un poisson grillé en terrasse et nous retournons en ville. Notre plan "passons la soirée dans un restaurant concert avant de prendre l'avion" tombe à l'eau... Mais on assiste quand même à une répétition de la fanfare militaire sur le kiosque d'une place du Plateau. Une fois le soleil couché ce sera restaurant sur la plage, puis aéroport.

Bon, l'ambiance à l'aéroport est relativement bordélique et c'est avec 2-3h de retard que nous partirons. Mais avec une personne au contrôle des passeports, quatre avions au départ dont un avec un retard de déjà 24h ca ne pouvait pas être serein.

Il est donc 3h du matin, On embarque, un passagers perd son billets sur le tarmac et un steward doit courir dans la pénombre pour le récupérer, on partira donc jamais... La correspondance pour Berlin à Lisbonne est déjà ratée. Mais nous réussirons à rentrer à Berlin le jour même, enfin le soir même du jour prévu. Compris?

Un beau voyage, il faudra y retourner, on a pas encore vu toutes les îles.

08/02/2014

Voir Tarrafal (ou Tarifa au choix...)

Sac à dos sur l'épaule on est reparti. Premier arrêt le marché couvert et découvert, mais pas que. En effet ce haut lieu de Praia est aussi un point de départ et d'arrivée des fameux aluguères cap-verdiens. A peine descendu du Plateau une dizaine de rabatteurs se rue autour de nous demandant où nous voulons aller, tous hurlant plus fort les uns que les autres. Calme, il faut rester calme. Un petit tour du marché plus tard nous montons dans notre bus et nous attendons, le bus part quand il plein.

70km de traversée de l'île Santagio, dans un aluguère bien rempli, au trois quart de femmes revenant du marché toutes plus chargées les unes que les autres. Et bien sûr la musique à fond. La route est belle, les paysages changeant, presque plus de vaches ou chèvres sur la route que de voitures. Quittant la capitale le pays se fait moins sec, parfois vert. Voyage tranquille jusqu'à ce qu'une passagère demande expressément au chauffeur de s'arrêter. Autour de nous rien, enfin du vert, des bananiers. Du bord de la route un enfant suivi d'un adulte en sortent avec chacun un sac rempli de banane. Il s'en suivra une intense discussion sur le cour de la banane et éventuellement quelques achats.

Arrivée à Tarrafal notre chauffeur nous met en contact avec une connaissance qui nous proposera endroit où dormir. Sacs déposés direction la plage pour le seul moment glandouille les pieds dans l'eau. Tous les touristes de l'endroit sont là aussi. On nous avait promis des singes et singes ils y en avaient. Le soir nous craquerons pour une pizzeria authentique tenu par un français. Repas accompagné de vin rouge Cha de Fogo s'il vous plait! Et on en a bu deux bouteilles! Oui deux! Deux petites mais deux quand même!

La ville s'est agrandi plus vite que les routes, ambiance western et buissons qui volent. On croise des chiens, des chèvres, quelques cochons, beaucoup de poule et des vaches. Une dernière bière en terrasse d'un café, personne, la nuit noire, le vent. Une personne s'arrête, sort de sa caisse et va taper la discute avec ses potes au bar, sa voiture reste allumée et le moteur tourne tout seul, seul bruit dans la nuit.

La fatigue arrive et nous rentrons doucement. C'est l'échec pour la sortie en boite qui n'ouvre pas avant le milieu de la nuit, aussi la ville est déserte, c'est l'hiver et les gens reste chez eux au chaud j'imagine.


07/02/2014

Le ferry de la mort

A un moment il faut rentrer et au Cap-Vert si un ferry part, il faut le prendre.

Brava Fogo pour commencer, à l'aube. Juste une heure mais déjà un avant goût de ce qui nous attend pour retourner à Santiago. Si l'aller était bucolique avec le volcan derrière nous, l'île aux pirates devant nous, des poissons volants et autre dauphins sautant et accompagnant le bateau autour de nous, le retour est tout autre. Pour faire court, ça bouge, ça tangue.

Fogo Santiago, la moitié des passagers qui gèrent le steak et l'autre moitié qui le vomit. Quatre heures de montagne russes sur l'océan, des brrrreuahhh en veux-tu en voilà et moi-même rivé sur ma Nintendo DS ne regardant que mon écran, l'écran de la vie, de la survie, Mariooooo!

Arrivée sous le soleil à Praia. Si les deux dernières îles étaient métissées, Santiago fait plus Afrique dans sa population - c'était l'instant ethnographie offert par la société des amis de Claude-Lévi Strauss. Retour donc sur Santiago que nous n'avions vu que la nuit, aujourd'hui c'est le contraire, lumière. L'équateur pas loin apporte cette transition brutale de l'illumination, il fait soit jour, soit nuit, point, à des années lumière de la Scandinavie - c'était l'instant Christophe Colomb je découvre le monde.

Il est encore tôt, ce qui permet à chacun de se refaire un estomac, se reposer. Puis deux groupes se forment, un pour la plage avec Caïpirinha et un autre pour dormir. Mais l'histoire finit bien et ils se retrouvèrent tous dans un restaurant le soir pour quelques grillades et une serveuse qui tire bien la gueule.



06/02/2014

Le radeau de la méduse


Ce matin encore à Brava, à l'extrême ouest de notre périple et au menu du jour une autre balade recommandée par un local. C'est en interrogeant les autres locaux que nous changeons un peu le menu. En effet le chemin commence par une grosse montée de la mort suivie d'une descente de la mort suivie d'une dernière montée de la mort. L'idée est donc de se rendre directement - comprendre en voiture ou autre - à Sorno - l'objectif de la journée - et de là remonter tout le bazar - comprendre le rocher car l'île est un rocher pauser au milieu de l'océan - pour retourner à Nova Sintra chez l'italien dépressif.

Point de voiture disponible, mais un plan rafiot se précise. Mais d'abord on va faire trempette dans une autres piscine naturelle, une vraie cette fois. Moins dangereuse où on ne risque pas de se faire aspirer par la mer, par contre on peut se faire piquer par des oursins - check - moi pas mais mon aventurière oui.

Retour au Burgo Motel, le proprio nous a trouvé un pêcheur et sa barque, tous les deux prêts à nous amener à Sorno. Nous voici donc tous les quatre dans cette barque, avec deux pêcheurs. Des petites vagues, des oiseaux exotiques - des mouettes locales - et un slalom sans fautes entre les récifs pour arriver sains et saufs dans la baie de Sorno.

Si la baie est jolie, la mer n'est pas calme et il est impossible d'accoster... Les vagues se cassent très régulièrement sur la plage de gros galets, ronds mais gros les galets. Alexios n'en pouvant plus, et étant hors de question de revenir sur Faja d'Agua nous sautons tous à l'eau l'un après l'autre avant d'avoir jeter nos sacs à un des marins la tête presque sous l'eau pendant que son pote stabilisait la barque avec les rames, tout ça entre les vagues, grosses les vagues.

Trente minute plus je suis le dernier à sauter tout habiller dans la mer, Indiana Jones sort de ce corps,  et nous sains et saufs, sur la place de gros galets, en slip à faire sécher nos vêtements, les sacs eux sont secs. Remis de nos émotions nous commençons l’ascension: un groupe rapide et un groupe plus lent dont l'un avec un estomac en vrac.

Ça monte bien, la vue est belle et Sorno n'est un qu'un village fantôme. On finit par rencontrer une vache, puis des chèvres, puis un berger à qui nous demanderons quarante fois notre chemin. Déambulation dans Nova Sintra la ville de Brava et retour à l'auberge.

Le soir je dînerai en tête à tête à tête, oui nous étions trois. Le ghetto ambianceur se sent encore un peu faible. Apéro bière devant un match de foot puis montée à l'étage pour une salade pois chiches oignon thon, le tout accompagné de quatorze kilos de riz et autres patatas fritas.

Encore une journée de psychopathe.